dijous, 31 de desembre de 2020

Per cap d'an, bevem a galet !


Se sabetz que l'expression emblematica catalana "beure a galet" ei en realitat gascona? "Béver (béuer) a galet" (o de galet), en gascon. Lo mot "galet" qu'ei ua fòrma afixada deu mot "gau" (s.f.). Aqueste mot "gau" n'ei pas sonque gascon. L'origina etimologica de "gau" qu'ei dobla per assimilacion, ce'm pensi.
lat. canale (s.n.) - > canau (s.f.) - > *caau -> gau (s. f.)
lat. aquale (s. n.)--> agau (s. f.) > gau (s. f.).
Lo doblon canau / gau qu'a un parion en galaicoportugués. Lo mot qu'ei "canal" en portugués, totun qu'ei "caal ", shens "n", en galician.
Lo mot pròpiament gascon que seré "gau" mentre lo mot "canau" que seré ua fòrma culta, emplegada en particular peu diasistèma ispanogascon de Navarra. Ad aqueste medish diasistèma que'u devem probablament lo mot "viéner" , fòrma non etimologica, reconstrusida per mala correccion a partir deu vèrbe autenticament gascon "vier".
En Catalonha, lo recipient deu "beure a galet" qu'ei de vèire, n'ei pas ua bota. Aqueste recipient de vèire que's ditz "porró". Los lingüistas catalans qu'explican lo mot com a derivat afixat de porro, qu'ei a díser pòr (fr. poireau). Jo ne'us crei pas briga aquiu. Se lo mot "galet" ei gascon, lo mot porró que'n pòt estar tanben. En gascon, lo substantiu "porron" que deriva de "poron", donc de "poth" (fr. coq). La geminacion que'u confereish ua valor onomatopeïca. Que designa la tortora. Lo mot aplicat au recipient catalan que hè allusion a la fòrma deu dit recipient qui evòca la d'un ausèth, la fòrma deu porró n'ei pas briga la d'un pòr! En realitat, los mots "galet" e "porró" que son mots eretats deu lexic deus pastors catalans d'autescòps. Aquestes pastors catalans qu'èran de fèit gascons d'etnia e de lenga segon tèxtes catalans deus sègles 16 e 17.


En tot cas, lo mot "galet" qu'ei lo diminutiu de "gau" ( = canau). "Galet" que designa basicament un canalet en fòrma de honilh (petit canal en forme d'entonnoir). Que s'aplica en particular au còth de botelha e au honilh anatomic (faringe). Lo mot "galet" e lo son parion femenin "galeta" qu'encontrèn hòrt de succès a la peninsula vesia. La significacion de "garganta" qu'a lo mot galet en gascon que vien de la significacion de canalet en fòrma de honilh aplicat au honilh de la faringe. Lo mot que viatjè per la montanha enlà, dab los Gascons. Que s'arretròba en aragonés, en castelhan e en astur-leonés devath la fòrma ispanizada gallete qui significa garganta. D'aqueste mot "gallete" o deu mot gascon "galet" que deriva lo mot aragonés e castelhan "gallillo" var. "galillo" per substitucion d'afixe, lo mot que i designa la lengueta de la garganta (fr. glotte) e, dialectaument, l'òs deu coth (fr. pomme d'Adam). L'origina gascona de tots aquestes mots qu'ei generaument ignorada deus romanistas qui's desbromban tròp sovent de las particularitats deu gascon per assimilacion tròp rapida a l'occitan. Lo mot "gau" n'ei pas sonque gascon, n'existeish pas en occitan.

Lo substantiu "galeta" (fòrma femenina de "galet") que designa en gascon lo canèth de la hont, la canaleta de la quau shiscla l'aiga . Lo mot que passè en catalan de Catalonha galeta -- > galleta ---> galleda. Que i designa la sella, lo herrat (fr. seau) en espudint-i lo mot pròpiament catalan "poal". A las Islas Baleras com au Pais Valencian, lo gasconisme adaptat "galleda" que i ei desconeishut, n'i saben pas sonque "poal". La deriva semantica deu mot catalan "galleda" (ancianament "galleta", mot enquèra viu, totun dialectau) respècte au mot gascon "galeta" que s'explica de duas manèiras, non exclusivas enter si: 1- per la significacion de shisclat de liquide, de chorrada que's prengó lo mot "galet" / "galeta" locaument, en particular en aranés com en aragonés (gasc. galet -> arag. gallete -> arag. gallo = shisclat de liquide, chorrada). 2- per la significacion de recipient entà versar liquide qui èra probablament la deu mot galeta en gascon d'autescòps tanben, significacion conservada en espanhòu e en portugués.

En efèit, en espanhòu lo mot galleta (deu gascon "galeta") que i designa un botelhòt dab un còth estret o un bèc emplegat entà servir vin, alcohol etc. En portugués lo mot galheta qu'a ua significacion similara, que designa en particular los dus petits recipients de vinagre e d'òli de la taula e los galetons de la missa (burettes) . En gascon que'us disem meilèu galetons mès n'ei pas impossible qu'ancianament e's disèvan galetas en gascon tanben, e lo mot galeton que podó estar reservat tà designar l'artisan qui'us fabricavan. En gascon contemporanèu, lo medish mot galeton que pòt designar los dus: lo recipient dab coth estret o bèc com l'artisan qui'u fabrica.

En tot cas, lo hat deu mot "gau" o mei exactament deus sons derivats afixats "galet" e "galeta" que ns'ensenhan (n'estosse necessari) que los mots deu gascon be pòden viatjar com los de quinsevolh auta lenga.

Que'vse desiri un urós cap d'an a tots !!!


dilluns, 28 de desembre de 2020

Com, com a: recuperacion d'un trèit de gramatica istorica en gascon deu Peiroton. Explics.

 En gascon ancian, la conjoncion com (latin cum) que càmbia de significacion quan ei seguida per la preposicion "a".   Com a qu'a basicament la significacion de "en qualitat de" o "en concepte de" au contra de "com" solet qui introduseish ua comparason.

Aquiu que n'avetz quauques exemples en biarnés ancian tirats deu diccionari de Lespy:
 
Diso que luy, cum a bayle de Pau, mandere.. Il a dit que lui, comme maire de Pau, il commanderait... (cum a bayle de P = en tant que maire de P.)

Accusade cum a posoère: en fr. accusée de sorcellerie (lit. accusée comme sorcière, en tant que sorcière), 

Ma voluntad cum a daune... ma volonté en tant que maitresse de maison.

Lo diccionari Lespy-Raymond qui n'i horneish un sarròt d'autes exemples. Aqueste  "com a" qu'estó espudit de quasi tot lo domeni gascon per dobla influéncia francesa e occitana, totun los parlars mei estremats e conservadors qu'an sabut conservà'u. Qu'ei lo cas en çò de F. Arnaudin:

Polhar la dòna com a cama de bòi: réprimander la jeune fille pour sa balourdise (lit. réprimander la jeune fille comme jambe de bois)  (tirat de la Gram. Gascona de R. Lassalle). Lo sintagma "cama de bòi" que's refereish plan a la dòna (gojata), qu'ei sinonime de pòta, estròpia (au sens figurat). "Com a" n'introduseish pas JAMEI ua comparason. N'ei pas la polhada patida per la dòna qui ei comparada a ua cama de bòi, qu'ei la dòna qui's hè polhar "com a cama de bòi" qu'ei a díser com a estròpia, com a palòta (cama de bòi = fr.  balourde, empotée).  Ací qu'avetz corregida ua error  qui trobaratz en mei d'ua version francesa deus condes d'Arnaudin. Aquesta error, que la devem au fèit que la distincion semantica enter "com" e "com a"  s'ei perduda en biarnés contemporanèu com en la majoritat deus dialèctes gascons com a resultat de l'apraubiment sintaxic provocat per la difusion deu mot occitan "coma" e peu calc de "comme" en francés.  En gascon usuau qu'ei sia "com" sia "coma" qui ei emplegat en plaça de  "com" e "com a" en generau con·honuts en un solet mot d'usatge calcat suu mot francés "comme".  Totun, en gascon, com en catalan,  "com a" n'a pas la significacion de "com". "Com a" que significa basicament "en qualitat de", "en concèpte de". 


Aquiu qu'avetz quauques exemples d'usatge de com e de com a : 

Comme professeur, il est bon!  = Com a professor, b'ei bon! (En qualitat de professor, qu'ei bon...)

Ses yeux scintillent comme des étoiles = Los uelhs que'u lugrejan com estelas. (comparason)
 
Lo burre (bóder) qu'a honut com neu au só. (comparason).
 
Que l'empresoèn com un lairon (Qu'ei a díser l'empresoat n'èra pas o pas necessàriament un lairon, mès qu'estó tractat com se n'estosse).

Que l'empresoèn com a lairon (en qualitat de lairon, pr'amor qu'èra lairon).

Notatz que las frasas dab "com a" en gascon non s'an pas a virar tostemps dab "comme" en francés.

Acusada com a posoèra : accusée de sorcellerie (Dic. Lespy, ved. "com").

Empresoat com a volur (panaire), com a terrorista, com a destorbador: emprisonné pour vol, pour terrorisme, pour atteinte à l'ordre public. 

Polhar la dòna com a cama de bòi:  réprimander la jeune fille pour sa balourdise. (Arnaudin, cit. per R. Lassalle, in Grammaire Gasconne). 
 
A jo que m'agrada raperar aquesta nuança semantica enter "com" e "com a" e que decidí de la restaurar en gascon deu Peiroton, au contra de l'usatge generau qui fusiona  los dus usatges sintaxics de "com" e  "com a"  en un solet mot, sia "com", sia "coma" segon los parlars, a la mòda deu francés "comme" e de l'occitan "coma".  En occitan (non gascon), ua soleta conjoncion "coma" (un calc de la conjoncion francesa "comme" obtienut per la fusion de la conjoncion "com" e de la preposition "a" en un solet mot, un occitanisme morfologic doblat d'un gallicisme sintaxic) que remplacè au còp  "com" e "com a" ,  dejà a l'epòca medievau. N'èra pas lo cas en gascon, com ns'ac rapèra lo Lespy, enqüèra que la mòda occitana d'emplegar la conjoncion "coma" en plaça de "com" e comencèsse a espandí's docetament essenciaument a partir de Tolosa peu ua gran partida deu domeni gascon e dinc au nòrd deu domeni catalan, en rosselhonés. Quauques parlars deu gascon orientau qu'an conservat l'usatge de "com a" prononciat "coma" a la mòda occitana en tot guardar "com" entà introdusir ua comparason. Qu'ei lo cas en luishonés (Bruno Sanchez-Arrazau, com. person.)


Lo catalan contemporanèu qu'a restaurat aqueste usatge de  com e com a eretada de la lenga anciana dab las medishas significacions que las qui trobam hens l'òbra d'ArnaudinA jo que'm sembla plan d'ac har tot parièr en gascon, pr'amor aqueste contraste semantic enter "com" e "com a" que hè partida de l'engeni de la lenga, perdut per influéncia deu francés. Jo qu'utilizi com a dab ua amira pedagogica entà acostumar l'estudiant de gascon ad aqueste trèit gramaticau tipicament occitanoroman,  enqüèra aplicat per F. Arnaudin qui discriminava plan com e com a  au començament deu sègle 20Arnaudin qu'ei un autor modèrne,  la soa lenga qu'ei quasi contemporanèa. Tròp de traductors, pr'aquò universitaris deus bons,  ne sabón pas virar corrèctament ua frasa de l'òbra d'Arnaudin en francés, pr'amor d'aqueste "com a " oblidat  e con·honut dab lo mot occitan "coma" (estranh en gascon occidentau). Totun, la distincion semantica enter "com a" e "com" qu'ei de hòrt bon gascon com ns'ac rapèra lo dic. Lespy. A mei, emplegar "com" e "com a"  n'ei pas sordeish ni mei mauaisit qu'emplegar  "com" e "coma", vertat? 


dimecres, 23 de desembre de 2020

Quauques questions de correccion lingüistica a partir d'un tèxte gascon de D. Sumien.

 Uei que’m soi interessat a un aute tèxte redigit en gascon per En Domergue Sumien, pareishut au Jornalet lo 24 d’abriu de 2020 . Enqüèra un còp, n’ei pas briga lo hons qui’m chepiqueja ací, n’i vei pas arren a díser. Qu’ei meilèu la fòrma, qu'ei a díser l’estile, la gramatica e la causida deus mots. Que’m pensi aqueste tèxte qu’illustra de manèira destacada  la deformacion patida per la lenga gascona jos la pluma de neolocutors occitanistas. N’insistarèi pas sus punts qui son recurrents com, per exemple, lo tractament antinormista deu feminin deus mots qui s’acaban dab –au, derivats d’adjectius  o de substantius latins respectivament en –alis o –ale. En occitan, aquestes mots que fòrman regularament lo femenin en –ala mentre en gascon, la nòrma restituida, aumensh a l’escríver, que respècta lo caractèr epicèn eretat deu latin : ua lenga "regionau"  meilèu que non regionala etc. Aquiu ne s'ageish pas d'errors de part d'En Sumien qui serén degudas a ua ignorància o qué que sia mès plan d'un partit pres d'ahur ideologic. En Sumien que desira a tota còsta alinhar lo gascon sus l'occitan shens préner en compte la nòrma gascona. Un aute punt dejà mentavut qu’ei  de har "hascoc" ua fòrma conjugada au preterit deu vèrbe « har », çò qui ei ua bèra enganada. Se la fòrma "hascoc" ei la qu'en Sumien s'estima de causir en plaça de "hasó", a maudespieit deu patron botat a man peu CPLO dab lo verb'òc, qué i haram? Totun, en aqueste cas,  l'infinitiu qu'a a estar "hèr" e non "har". "Hascoc" n'ei pas jamei estat ua fòrma conjugada de "har". Que i a quauques règlas a seguir per respècte a l'idiòma gascon, totun! 

Ua auta fauta dejà vista qu’ei lo feminin de melhor, mot epicèn en gascon, hèit *melhora per l’autor. 

Suu contra-emplec de la preposicion « dens » au lòc de « en » o de « a »,  non i tornarèi pas tanpòc, ved. aquiu. 

 Adara, vedem quauques punts suplementaris lhevats per la lectura d'aqueste tèxte. 

 Lo darrèr editoriau de Jornalet que denóncia aqueths tèrmes e concèptes qui desvalorizan la nòsta lenga occitana: bilingüisme, lenga regionala e patés. L’editoriau que deplora que quauques occitanistas e contunhen d’acceptar aqueths tèrmes infamants.

 
Lo mot aqueths (aquèths tèrmes e concèptes) n’ei pas lo bon demonstratiu ací, ça'm par, qu’auré a estar remplaçat per « aquestes », pr’amor los tèrmes e concèptes que son enonciats dirèctament en seguint : bilingüisme, lenga regionau e patés. 

 

En díser aquò, non hèi pas nat integrisme ni tissa personala, qu’expausi simplament la posicion classica de la sociolingüistica internacionala. En Catalonha e au Bascoat non ei pas mei possible de revendicar seriosament aqueths tèrmes inferiorizants dempuish quaranta ans. Mes en Occitània qu’ei encara possible en 2020.

 

Tissa : Per jo, lo mot "tissa" que pausa problèma, ne'n sèi pas briga la significacion e n'èi pas trobat lo mot au diccionari de Palay. Que deu estar un occitanisme. Per contra, lo diccionari aranés que l'a incorporat. Que'n balha la definicion qui sèc:

tissa nòm f Projècte o desir qu'ua persona amie a tèrme peth dessús de quinsevolh causa e que pense en era de contunh. 

Totun, qu'èi un dobte quant a la significacion prestada au mot per En Sumien.  Se sagi d'aplicar la definicion aranesa deu mot au contèxte de la frasa, lo resultat que'm sembla desprovedit de sens :   "En díser aquò, non hèi pas nat integrisme ni projècte o desir personau, qu'expausi simplament la posicion classica de la sociolingüistica etc". Que la  sociolinguistica posca aver ua "posicion classica" qu'ei dejà quauquarren d'enigmatic per jo, mès l'incomprension que'm vad enqüèra mei grana dab aquesta istuèra d' integrisme deu quau En Sumien afirma de no'n "har pas nat". Totun, "har un integrisme" b'ei ua expression mau tornejada, incorrècta, shens oblidar aquesta "tissa" estranha de significacion escura !!! Aquesta frasa que meritaré d'estar reformulada mès jo ne'n soi pas capable pr'amor ne l'èi pas briga compresa. 

 

*Inferiorizants : Aquiu qu'avem un mot absent deu lexic gascon, a mei un barbarisme. Har servir un participi present d'un vèrbe en -ar entà hà'n un adjectiu qu'ei ua mòda tipicament francesa. N'ei pas lo cas en gascon. Daubuns que volerén construsir adjectius verbaus en imitar lo francés, totun lo resultat que manca de naturau e qu'ei incorrècte. Se la lenga gascona e presenta adjectius qui s'assemblan a adjectius derivats de participi presents, de fèit ne son pas beròi gascons d'origina. Que son en realitat manlhèus mei o mensh adaptats, com "dependent -a"  (lo participi deu vèrbe gascon depéner qu'ei depenent e non dependent, cf. esp. dependente, fr. dependant), "seguent-a" (seguir, participi en gascon: seguint, fr. suivant, esp. siguiente) etc. Lo quite mot "convienent -a" qu'ei un calc de l'espanhòu "conveniente" disfrassat d'adjectiu verbau gascon. Non trobaratz pas jamei  las fòrmas *convient/a ni *convenguent/a, a  maudespieit deus participis presents deus vèrbes vier e vénguer, pr'amor aquesta manèira d'emplegar un participi present com a adjectiu n'ei pas briga naturau en gascon. D'aulhors, los Aranés qu'an adoptat lo mot devath la fòrma "convenent" (fòrma plan corrècta en gascon generau tanben) qui n'ei pas briga ua fòrma verbau en aranés, en gascon tanpòc. Mots deu lexic com "cantant-a" , acceptats e donc acceptables, que son probablament gallicismes (fr. chantant-e), ne'us trobaratz pas en catalan qui diserà "cantador-a" o, locaument, cantaire (m./f.).  En tot cas,  que "cantant-a" sia acceptat n'autoriza pas briga la derivacion d'un adjectiu com  "*encantant  -a" a partir d' "encantar". L'adjectiu corrècte qu'ei  "encantador  -a" o "encantaire -a". La lenga que presenta possibilitats qui evitan de denaturar-la de manèira inutila. Entà alindar la lenga, que'm pensi que vau mei abstiéne's d'imitar lo francés aquiu. "Qui inferiorizan", "qui abaishan", "abaishaires"  o se voletz a tot hòrt inventar adjectius post-verbaus: "achicaires", "achicadors"  (deu vèrbe "achicar"), etc, las possibilitats ne mancan pas, qui permeterén d'evitar d'aver recors a neologismes ledàs e tan pòcs gascons com aqueste "*inferiorizants". 


E tots que revendican tanben lo concèpte problemetic de bilingüisme: qu’ei devengut un mantra repetitiu de l’IEO, de Calandreta e de la FÈLCO.

Aquesta frasa qu’ei un mot per mot calcat deu francés,  just adaptat dab un enonciatiu. Que contien mei d'ua error. 

1- "*Revendicar" Aqueste mot, non admés enlòc, qu'ei un gallicisme ( fr. revendication, lat. rei vindicacio),  çò qui non manca de m'estonar de part de l'autor, plan coneishut peu son tropisme negatiu de cap aus francismes. Lo mot corrècte en gascon qu'ei "reivindicar" com en espanhòu e en catalan (cf. Tot en Gascon e Dicod'oc). E shens qu'en gascon, qu'ei "reivindicar" en occitan tanben (cf. lo dic. de Na J. Ubaud e Dicod'oc). 

2- La plaça de "tanben" enter lo vèrbe e lo complement, que seré plan la qu'auré lo mot "aussi" en la version francesa, n’ei normaument pas normau en la frasa en gascon. Aquiu que caleré plaçar lo mot au darrèr de "bilingüisme". Aquò rai, n'ei pas tan grèu. 

3- Lo mot  *problemetic n’existeish pas, de segur (ua pèca de tipografia, clar).  A remplaçar per "problematic"

 4- "Devengut" qu'ei corrècte, totun un localisme non promavut peu Tot en Gascon ni peu basic deu Dicod'Oc. Lo mot qu'ei desconegut en catalan (lhevat lo rosselhonés qui a "devenir" en plaça deu normatiu "esdevenir"). En gascon, devier var. devénguer qu'ei un gallicisme probable qui's degó espandir a partir de Tolosa per Armanhac e de cap au sud dinc aus Pirenèus centraus e orientaus. En gascon, que poirém remplaçà'u per mots com "vadut"  o "hèit-se" segon lo Tot en Gascon e lo Dicod'Oc. Personaument, "devengut" n'ei pas lo mot qui aurí emplegat mès aqueste mot ne'm gena pas tanpòc.  En aranés, lo verbe "devier" (p.p. devengut) qu'ei corrent e devénguer qu'ei emplegat en mei d'un lòc en dehòra de Biarn.   

5- Lo mot *mantra n’ei pas estat incorporat en gascon e non hè pas briga besonh en contèxte d'aquesta frasa. "Mantra repetitiu"  que pòt estar remplaçat per  "arrepic"  o  "sonsaina", per exemple.  Los mots gascons non mancan pas: que i son haut au baish 90 000 au diccionari de Palay se non m'engani pas, ne vei pas per qué recórrer a un mot estranh e haré besonh. Har víver los mots de la lenga que cau, tostemps dab ua mira de transmission e d'ensenhament. 

 


Non pòden pas preténder que non ac saben pas. 

Aquesta frasa qu’ei corrècta, shens cap de dobte, totun que hè patòca-pachòca.  Que la poderem alindar , per exemple : "Non pòden pas preténder que non ac saben"  o : "Non pòden pas preténder n’ac saben pas". La seguida "que non (…) pas »",  correnta en en occitan, qu’ei arresentida com a pesuga en gascon (singularament en gascon occidentau) qui s’estima mei de l’evitar en ométer sia lo « que », sia lo « pas ».  Aquiu que vse’n balhi un exemple tirat de la literatura gascona:

 ...e que'm torna pèc, cent còps mei pèc non pas lo Cama-liròi (Cesaire Daugé, in Lo Bartèr),


 Aqueras personas non pòden pas ignorar la votz prestigiosa de Robèrt Lafont qui ja condemnava las inèpcias de bilingüismelenga regionala e patés dempuish lo departament d’occitan de l’Universitat Pau Valèri de Montpelhièr, tre los ans 1970.

 

*Tre n’ei pas un mot sabut per Palay. N'ei pas tanpòc hens las gramaticas de gascon generau, çò qui hè la frasa de mau compréner aquiu. Qu'ei un occitanisme. Que podem remplaçar l'expression estranha« tre los ans 1970 » per ua de las qui segueishen « deus ans 1970 ençà » o « deus ans 1970 endavant », o « a partir deus ans 1970 ». En catalan, que diserí: " d'ençà dels anys 1970 ". Totun ne soi pas segur que la version virada mot per mot deu catalan e sia acceptabla en gascon. En tot cas, las solucions acceptablas ne mancan pas. 

 

L’obstinacion a utilizar tèrmes desvalorizants qu’illustra la crisi de l’occitanisme, l’amnesia autoinfligida, l’oblit de las idèas clau... e bensèi ua regression intellectuala, voluda, confortabla, mens riscada.

Lo mot *desvalorizants qu’ei un gallicisme absent deu lexic gascon a remplaçar per  "qui desvalorizan" o  "despreciatius". Enqüèra qu'un neologisme no'm semble pas indispensable, que i poirem prepausar "desvalorizaires" o, per qué non,  "desvaloradors" , aqueste darrèr d'estetica fonetica plasenta, ce tròbi jo (de desvalorar, sinonime de desvalorizar) etc, etc, en aprofieitant la flexibilitat caracteristica deu gascon qui sap recórrer aus afixes -aire e -ador entà construsir adjectius post-verbaus. Ved. a capsus  lo medish problèma dab *inferiorizants.

 

*Bensèi  n’existeish pas en gascon, que jo sapi.  Ne sèi pas tròp çò qui l’autor e vòu díser exactament dab aqueste enigmatic « *bensèi ». Que supausi que serà un occitanisme (bensai) adaptat de manèira fantasiosa entà díser  « lhèu », « dilhèu » qui son los mots en gascon normat segon lo Tot en Gascon e lo basic deu Dicod'òc.  Autas fòrmas gasconas que son "bensai", "bessè" e "bissè". Aquestas darrèras fòrmas ne son pas exactament sinonimas de "dilhèu". De fèit, aquestes mots "bensai", "bissè" e "bessè" e l’expression "ça’m par" que significan meilèu « segurament » en acòrd dab l’etimologia, que non « dilhèu ». "Bissè"  segon Pèir Morà  (Tot en Gascon) qu’ei ua exclamacion qui significa "certàs", "shens cap de dobte". Lo Pèir  ne menciona pas lo mot com a sinonime de dilhèu. Sauv error mia, Palay ne sap pas ni "bensai", ni "bissè", ni "bessè".  En gascon normat o gascon generau, que'm pensi que’nse caleré tiéner-se’n a "'(di)lhèu" entà arrevirar lo francés « peut-être », enqüèra que los parlars gascons presenten un sarròt d'autas possibilitats a còps de significacion ambigüa a l'escala de la lenga, çò qui pausa un problèma en gascon generau (cf. benlèu, belhèu, bèthlèu...).  « Dilhèu » dab aquesta significacion com en gascon generau qu’ei deu lexic aranés tanben.  Tà çò qui ei de « ça’m par », que’s cau avisà’s n’ei pas exactament sinonime de « dilhèu ». Com "bissè", que pòt exprimir ua quasi-certitud o un avís (equivalent a "segurament", "ce’m sembla") au contra de "dilhèu" qui resulta basicament d’ua ignorància e non d’un avís. En realitat, dab aqueste *bensèi fantasiós ne sabem pas se l’autor e vòu díser "dilhèu" o "segurament" o ua auta causa. 

 

Au nivèu personau non èi pas nat problèma dab los gavidaires de l’IEO, de la FÈLCO e, en generau, de Calandreta. Que reconeishi l’importància deus lors engatjaments. Que son gents de grana valor. Mes los lors concèptes despassats que son en contradiccion dab lo lor desir sincèr d’elevar l’occitan 
 

« Au nivèu personau » qu’ei un calc d’un idiotisme francés, un gallicisme inutile, de correccion questionabla en gascon, ça'm par.  Que'm sembla l'autor aquiu que vòu díser "personaument". Hicà'i  "personaument" en plaça d'aqueste idiotisme que resultaré mei simple e mei naturau. En passar, notatz "nivèu" qu'ei un gallicisme qui s'ei substituit au mot autenticament gascon "nivèth".  Aqueste gallicisme (corrècte en gascon, shens nat dobte) ne sembla pas preocupar a 'N Sumien, mei chepiquejat per "garantir" o "blu" que non per "nivèu", probablament pr'amor de l'ahur a provençau d'aqueste darrèr mot.  Tant de bon! 

 

…lo desir sincèr d’elevar l’occitan.

*Elevar, malaja !!!  Aqueste vèrbe, derivat deu latin elevare, qu’ei notable per la soa abséncia au lexic gascon,  çò qui distingueish lo gascon de totas las lengas vesias. Solament en aranés, lo mot "elevar" que i ei admés com a sinonime de "lheuar", totun la fonetica d'aqueste mot "elevar", tostemps dab  /β/ e pas jamei dab /w/, que ns'indica n'ei pas aranés d'origina. Qu'ei un manlhèu de l'espanhòu o deu catalan. En dehòra d'Aran, qu'avem autanplan lo vèrbe  "eslhevar" (eslheuar), un gasconisme  construsit a partir d'un sinonime "lhevar" (lheuar) (deu latin levare).   Dongas, un mot corrècte en gascon, autanplan corrècte en aranés, per aqueste mot "*elevar" qu’ei "lhevar"  (var. graf. aranesa lheuar) (vedetz lo Tot en Gascon o lo  Dicod'oc). Lo mot "*elevar"   n’ei pas acceptat en gascon generau.  Ne'u trobaratz pas ni au diccionari de Palay ni au Tot en Gascon ni au  diccionari de PN ni au Lepsy-Raymond etc. Qu’ei ua caracteristica deu gascon e be cau respectar lo gascon com s'ac amerita!  Eslhevar l'occitan, d'acòrd, totun shens despreciar lo gascon.  De mots, lo lexic gascon que n'a pro, respectem lo gascon en evitar los manlhèus inutiles!!!!  Adonc que serà "lhevar",  totun non pas "*elevar".  Coneguda causa sia !!!!

 

 Primèr , quan èm obligats de tiéner un lengatge diplomatic dab l’estat (e jo que sostieni la diplomacia, degun non ns’obliga pas de díser bilingüisme e lenga regionala. Que podèm utilizar autes tèrmes, plan mei objectius e hèra acceptats, coma poliglotisme e lenga minorizada.
 

Díser  que lo mot "*primèr", devath aquesta fòrma, n'ei pas çò de mei corrent en gascon qu'ei un eufemisme. Aquesta fòrma qu'ei absenta deu Palay e deus diccionaris generaus de gascon. Que supausi las fòrmas plan correntas prumèr, purmèrpermèr etc qui son las qui trobam hens los diccionaris generaus de gascon n'agradan pas a'N Sumien pr'amor que las deu trobar tròp aluenhadas deu son occitan teoric. En Sumien qu'ei tostemps temptat de remodelar la realitat linguistica gascona tà que s'apresse mei a la soa tèsi, quan seré l'invèrs qui caleré har (adaptar la tèsi a la realitat lingüistica). Totun la realitat qu'ei çò qui ei  e seguir las recomandacions deus diccionaris gascons que cau!!! Lo Tot en Gascon que recomanda "prumèr" com a mot normat, acceptant purmèr e pèrmer (que non primèr)  com a variacions dialectaus. Lo diccionari aranés et lo basic deu Dicod'òc n'accèptan pas sonque "prumèr", adonc, lo consens qu'ei totau. Dongas cambiem "*primèr" per "prumèr" e arrai.

.
 

 « Degun » qu’ei un occitanisme inutile ací, los mots gascons mei comuns e normatius que son « arrés » e « digun », cf. lo Tot en Gascon, en acòrd dab Palay, lo diccionari PN e lo basic deu Dicod’Oc. Consultar lo Dicod’Oc un pòc mei sovent que seré de bon conselhar!!! 

 La frasa « degun non ns’obliga de díser etc »  qu’ei plan incorrècta. Ací que cau emplegar la preposicion "a"  qui ei la preposicion d’obligacion. Que caleré escríver : arrés (o digun) non ns’obliga a díser etc.  La substitucion sistematica de « a « per « de » en gascon qu’ei ua error frequenta en çò deus neolocutors com ac rapèra  G. Narioò en Parlar Plan  § 242 . E shens qu’en gascon, n’ei pas ua caracteristica pròpia deu gascon, qu'ei çò de parièr en occitan e en catalan.  En catalan, per exemple, la frasa que seré : ningú ens obliga a dir…dab la preposicion "a", de segur. 

 

 

Coma professor d’occitan pagat per l’estat francés, jo que parli tanben dab aquera medisha ierarquia francesa, cada dia; que’u pòdi parlar cortesament; que’u presenti a còps las revendicacions de la FÈLCO; totun non èi pas jamèi agut nada obligacion de prononciar ni bilingüisme, ni lenga regionala.

 

Aquesta frasa de Sumien qu’ei un calc quasi mot per mot de la traduccion en francés. Que i amassa quauques pècas estilisticas influenciadas peu francés.

1- La plaça de tanben n’ei pas beròi adequata aquiu. En bon gascon que seré :  "jo tanben que parli …"

2-  "Parlar dab aquera medisha ierarquia francesa"  qu’ei ua expression estranha calcada sus un idiotisme francés.  Lo sens d'aquesta frasa n’ei pas clara pr’amor que dèisha supausar  En Sumien que parla dab l’ensemble de la piramida ierarquica au còp, lo quiti president de la Republica inclús, per qué non.  Que dobti  que sia çò qui En Sumien e volè exprimir ací, lavetz la frasa qu’ei a corregir. 

 

3-  L'expression « cada dia «  que soa mei a espanhòu e a catalan que non a gascon, enqüèra que perfèitament corrècta. Que la poderem remplaçar per « tot dia » qui ei l’expression pròpiament gascona, totun shens nada obligacion d'ac har, qu'insisteishi, que sia clar. A notar que l'aranés n'emplega pas sonque "cada dia" com en espanhòu e en catalan. 

 

Jo qu’escriverí la frasa com sèc, dab com a  escriut en dus mots, totun las fòrmas com o coma que  son las correntas en gascon contemporanèu, d'usatge calcat suu francés e acceptadas en totas las gramaticas gasconas, dongas acceptablas. 

 

Tot dia, com a professor d’occitan pagat per l’estat francés, jo tanben que parli dab membres d’aquesta medisha ierarquia francesa…

Sus la diferéncia semantica enter "com" e "com a" en gascon, que podetz léger l'article qui'n balha explics aquiu. Aquesta diferéncia, eretada de la lenga anciana (cf. "coum" au diccionari de bearnés de Lespy-Raymond), qu'èra enqüèra en vigor en çò d'Arnaudin au començament deu sègle 20. Jo que decidí de recuperar aqueste trèit de la gramatica istorica deu gascon e de l'aplicar dab ua mira de transmission e d'ensenhament. Ne soi pas a díser emplegar "com" o "coma" per "com a" qu'ei incorrècte. Qu'ei acceptat en totas las gramaticas. Simplement, lo gascon occidentau qu'a conservat la distincion enter "com" e "com a" de la lenga anciana mentre l'occitan que's la perdó hèra de d'òra, dejà a l'epòca medievau,  en calcar l'usatge deu francés "comme". La disparicion de "com a" en biarnés, mei recenta, qu'ei probablament d'influéncia estrangèra tanben, francesa o espanhòla. 


Un discors minimalista e autocensurat non a pas jamèi garentit ua eficacitat melhora.

 

Ah ! Aquiu qu'avetz  "garentit", deu famós "garentir" qui ei un vèrbe recuperat deu permafròst occitan (qu'ei un cas un chic similar au men "com" e "com a" en gascon, totun jo que m'apei sus un usatge enqüèra en vigor au sègle 20, çò qui hè la diferéncia dab garentir, extint despuish l'atge miejan). Totun aquesta fòrma "garentir" de l'occitan ancian n’èra pas precisament la gascona qui èra de fèit "guarentir(qui’s prononciaré oarentí o goarentí dab ua g a penas audibla en gascon contemporanèu).  Qu’ei ua particularitat deu gascon o au mensh d'un gran nombre de parlars gascons d'aver conservada la fonetica etimologica deu /w/ iniciau aus mots vienuts deu francic ancian. Per exemple, guari e guardar (respectivament deu francic ancian warjan e wardan) que’s pronóncian enqüèra majoritàriament "oarí"  (oc. garir, fr. guérir) e oardà (oc. gardar, fr. garder).  Uei lo dia, lo mot gascon per "guarentir" qu’ei "garantir", dab ua -a- centrau e non-e-. L'etimon qu'ei lo francic ancien warjan, com guarir. Garantir que deriva probablament deu participi present francés de l'ancian vèrb garir (uei guérir) : garant. Totun, l'equip deu diccionari PN que t'inventè ua  fòrma alternativa "guarantir", version adaptada, gasconizada, de garantir. Que cau plan arreconèisher aquesta version inventada qu’a encontrat un beròi succès auprès deus locutors  e qu’ei estada avalizada peus diccionaris generaus de gascon contemporanèu mei recents qui, tots, nse prepausan g(u)arantir. Totun, "guarentir" qu’èra la fòrma pròpiament e autenticament gascona e catalana, la de la lenga anciana.  En catalan, qu’an adoptat lo gallicisme "garantir" en plaça deu mot ancian. En gascon tanben, lo mot "guarentir" qu'ei cadut en desús e, au sègle 21, se'n crei los diccionaris de gascon, que podem causir enter "garantir" e "guarantir" en solucion de remplaçament.   En tot cas,  lo mot emplegat per En Sumien  *garentir n'ei ni legitime ni corrècte en gascon, que'u cau remplaçar sia peu gallicisme  "garantir" (com en aranés), sia peu neo-gasconisme  "guarantir" (non admés en aranés, que jo sapi, totun la fòrma non pausa nat problèma d'intercomprension).  Vedetz lo Tot en Gascon e lo Dico D’oc. 

 La frasa que's poderé virar corrècta com sèc, tienent en compte que  lo "gu" iniciau e pòt representar /w/, /gw/ e, aquiu, quitament  /g/  :

"Un discors minimalista e autocensurat n’a pas jamei guarantit ua eficàcia melhor".  

En conclusion, las errors màgers (de las qui cau absoludament corregir), n'i son pas tropas.  Totun, n'i a, çò  qui ei regretable pr'amor la lenga d'un professor d'occitan qu'auré d'estar irreprochabla, enqüèra mei en un article pareishut en un diari occitan de difusion planetària.  Las errors a corregir shens trantalhar que son los barbarismes e gallicismes non incorporats en gascon generau com *revendicar, *bensèi, *desvalorizants, *inferiorizants, *problemetic, *melhora etc.  E tornar redigir la frasa mau tornejada deu "har integrisme" e de la "tissa". A mei, que i son tròps los occitanismes non necessaris, absents deus diccionaris gascons, qui remplaçan mots o expressions deus diccionaris de gascon generau: tre, garentir, primèr, elevar...  Que cau evitar d'introdusir mots estranhs au despens deus mots gascons. Los non-gascons n'avem pas a impausar los nòstes mots en gascon !!!   Respectar los Gascons que cau e aquò que comença per respectar lo lor idiòma. 


E tric-tric, e tric-trac, per uei qu'èi acabat!  Bonas hèstas de cap d’an e bons estudis gascons !!!! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dissabte, 24 d’octubre de 2020

Trabuc, trabucar, trebuc, trébuchet, trabucar, trébucher, trabuco, trabucco, entrabuc(ar), entrebanc(ar): sur les pistes d'un vieux gasconisme.

 Il y a un autre mot qui m'apparait de construction typiquement gasconne, que l'on retrouve dans plusieurs langues romanes, c'est "trabucar" var. "trebucar" (fr. trébucher, esp.port.cat trabucar) avec son substantif "trabuc", "trebuc" ( fr. trébuchet, esp. & port. trabuco, cat. trabuc, it. trabucco) avec des significations souvent passablement différentes d'une langue à l'autre. L'hypothèse étymologique conventionelle suppose un lexème composé de tra + buc, tra pour trans, "buc" étant un germanisme (francique ancien) signifiant "bol", "ventre". Le concept avancé par cette hypothèse étymologique est celui de "renversement", de "basculement". Toutefois, cette hypothèse est à remettre en cause à la lueur du gascon. En effet, ce mot existe bien en gascon sous la forme graphiée "trabucar" var. "trebucar" (graphie alibertine). En gascon, si la prononciation /β/ de la seconde consonne graphiée "b" de ce mot trabucar var. trebucar est quasi-générale, on trouve tout-de-même la variante /w/, ce qui suggère qu'en réalité le mot gascon devrait être écrit travucar, la prononciation /trawy'ca/ étant attestée au moins à Captieux (G. Balloux, com. perso, cf. ALG). Cette seconde consonne /w/ ne va pas bien avec cette hypothèse de l'étymon germanique "buc", elle suggère plutôt qu'elle dérive d'un "v" latin qui, en position intervocalique, se prononce en gascon soit /w/ soit /β/, selon les parlers.

Le gascon présente ce substantif "trabuc" (s.m.) (var. "trebuc") qui désigne à la fois la cause et l'effet du "trabucar". L'effet, c'est le trébuchement, le heurt, le faux-pas, l'accident. Mais, de manière intéressante, il désigne aussi la cause du "trabucar". Trabuc signifie obstacle, empêchement, piège, tout ce qui entrave au sens figuré. En gascon ancien, trabuc pouvait servir d'adjectif, il avait alors le sens de lent, qui peine à avancer (Lespy), on pourrait dire "entravé". Les significations gasconnes du mot n'ont rien à voir avec le concept de "renversement" ni de "basculement" . La relation avec "travar" (fr. entraver) et le "trau" (la poutre) ou plutôt la "trava" (l'entrave) apparait, en revanche, claire à la lueur de la sémantique et de la morphologie des mots "trabuc" et "trabucar" en gascon. Cette relation est encore plus évidente avec son autre forme synonyme "entrabucar". Le glissement sémantique vers le concept de balancier ou de basculement qui a conduit à l'hypothèse erronée impliquant le mot francique "buc" n'a pas de raison étymologique, elle a été en fait induite par l'engeniérie de la machine d'artillerie médiévale qui porte justement son nom: le "trébuc" en ancien picard, aujourd'hui "trébuchet" en français. J'y reviendrai plus loin. 

La formation de "trabuc" apparait similaire à celle d'autres mots gascons comme "horuc" (cavité, creux, on retrouve ce mot en catalan occidental pyrénéen: foruca = abri sous roche, cf. foruca in DCVB), "peruc" (petit bec, partie cornée du bec), "peluc" (poil naissant, duvet pileux). Trabucar est au verbe travar (fr. entraver) ce que horucar est à horar (fr. creuser, forer lat. forare, horucar signifie fouiller par confusion avec hurgar ), etc, c'est-à-dire des formes obtenues à partir du substantif affixé avec -uc, -uca: ("trabuc" de "trau /-a"); "foruc" et "foruca" de "for" ou plutôt de son féminin "*fora" lat. forum puis forus, cf. esp.hura, port. fura, du lat. foro, creuser); "peruc" de "pèth" (lat. pellis); "peluc" de pèl, pèu (lat. pilus), "entrabuc" de "entrava" etc d'où le verbe construit d'après le substantif (trabucar, forucar, perucar, pelucar, entrabucar etc). Il peut s'agir de l'affixe roman -uc(u), -uca qui est toujours très vivant en espagnol régional où il a une valeur diminutive et affective (c'est celui de la "tierruca", la "petite patrie" chère aux Cantabres d'aujourd'hui). En occitano-roman, ce même affixe ou un affixe homonyme sert aussi à construire des adjectifs: astruc, pauruc, pesuc etc comme c'était aussi le cas en latin ("caducus", fr. caduc; de cadeo, tomber). En gascon, ces deux affixes peuvent se confondre: la forme feminine de pesuc peut se faire en pesuca à la place de pesuga (cf. pesuc dans Palay). Il n'est donc pas impossible que "trabuc" ait commencé sa carrière comme adjectif, derivant de trava voire de travar. L'adjectif "trabuc" est attesté dans la langue ancienne avec le sens de "qui a du mal à avancer, lent". Cet adjectif s'est éteint. On a un autre cas semblable avec "pachiu", de sens assez similaire à "trabuc". C'était un adjectif épicene qui signifiait "qui entrave", "qui empêche" (cf. latin in-pedicare). Les notaires médiévaux l'associaient souvent avec le substantif "contra" (contraire): "sens contra pachiu" = sans contraire qui empêche, autrement dit "sans contre-indication". L'adjectif en tant que tel est éteint mais est à l'origine d'un substantif masculin lo "paishiu" ou "puisheu" (selon les parlers) qui signifie "problème", "difficulté", "empêchement".

Le passage du "v" latin de travar (fr. entraver) au "b" de trébucher s'explique par le traitement phonétique gascon du "v "intervocalique. En gascon, la phonétique étymologique de trauucar avec /w/ (trawy'ca) de trauuc a été presque totalement éliminée mais pas totalement. L'existence de ces exceptions en /w/ ainsi que le substantif gascon trabuc qui signifie obstacle, empêchement, entrave (en plus de trébuchement, probablement plus tardif) m'a conduit à proposer cette théorie alternative et non-conventionnelle d'une étymologie cent pour cent romane et cent pour cent gasconne de trabucar /trebucar à l'origine de trébucher. C'est une forme de trau -trava affixée avec -uc(u). Le remplacement de /w/ par /ß/ dans ce mot s'explique comme réflexe typiquement gascon facilitant l'articulation du mot dans le flux de la conversation et permettant ainsi d'éviter la simplification naturelle de ces formes "/trawu'ca/, /tra'wuc/ vers des dérivés respectivement dissillabique et monosillabique qui rendraient la signification ambigüe. De ce point de vue, le "b" de "trabucar" joue bien le même rôle que celui dans le mot gascon "(f)labuta" ( de "flaüta") ou dans le mot "robinar" (forme bien gasconne pour "ruïnar", cf. Arnaudin, Palay) en permettant d'éviter cette perte d'une syllabe par aphérèse que l'on observe avec le mot "flûte" (anc. "flaüte") en français. La différence, c'est que le "b" de "trabuc(ar)" n'est pas épenthétique, il provient du "u" de "trau" (latin "trabs"). Ce bétacisme est, en soit, un gasconisme.

En ancien gascon, le "a" prétonique comme le "e" prétonique devaient se prononcer autour d'un /ə/, et la scripta gasconne a hésité entre le e et le a : trabucar ou trebucar; trabuc ou trebuc. Cette hésitation est régulière en gascon médiéval et les deux possibilités de résolution sont retrouvées en gascon contemporain conduisant à des doublets phonétiques et graphiques selon les parlers, puisqu'en gascon contemporain, le "e" et le "a" prétoniques sont phonétiquement distincts. Par exemple, sagrement ou segrement (lat. sacramentum), cf. en béarnais segrat (cimetière, latin sacratu-), gasc. mod. demorar ou damorar, sason ou seson, (ar) rason ou (ar)reson; fr chagrin - > gasc. shegrin etc, etc. Le mot gascon "trebucar", variante autrefois juste graphique de "trabucar", est certainement à l'origine de la forme française trébucher. On voit que le verbe gascon "trabucar" a voyagé au gré du continuum (gallo)roman, pour devenir un mot de base de ce dernier, comme cet autre mot gascon "anar" (forme gasconne d' "andar") qui serait à l'origine du mot occitan "anar" et du mot de l'ancien français "*aner", concurrent de la forme "aller" (si l'infinitif *aner n'est pas attesté dans les textes en ancien français au sens large, comprendre en langues d'oil, en revanche les formes conjuguées dérivées d*aner comme anium (= allions), anez, anet (= alla) le sont bien, cf. le dictionnaire d'ancien français de Godefroy et "aller" dans le CNTRL). 

Les formes des mots arpitan "trébechier" et français "trébucher" nous suggèrent que le mot gascon "trebucar" a voyagé vers le nord dès les origines de nos langues romanes. Le mot "trebuc" (var. trabuc) a lui-même aussi voyagé, la forme trébuc (mais aussi trabuc) étant attestée en langue d'oil médiévale. Le mot désignait une machine médiévale d'artillerie. Le mot trébuchet en est une forme diminutive francienne dont on reparlera plus loin. En revanche, la forme "trabuc", tout aussi gasconne, est celle qui est passée dans les langues de la péninsule ibérique et en italien. La vogue européenne pour la machine d'artillerie apparait être la cause de la diffusion de ce mot "trabuc" en dehors de son domaine strictement gallo-roman. En français, c'est à notre "trabuc" que cette machine, le trébuchet, doit son nom. En gascon "trabuquet", var "trebuquet" désigne une sorte de piège pour chasseur. Le mot français trébuchet a cette même signification, attestée dès le 12ème siècle (voir trébuchet in CNTRL). A partir du 13ème siècle, en langue(s) d'oil, le mot trébuc prend une double signification: celui du trébuchet, cette innovation technologique qui servait à projeter des pierres dans le but de détruire les murs, d'où sans doute la signification de "ruine" prise aussi par ce même mot "trébuc" et c'était là, sa deuxième signification. On retrouve dans un même mot la cause (la machine) et l'effet (la ruine). Ces significations militaires de "trébuc" sont aujourd'hui éteintes en français qui ne conserve ce mot que sous sa forme affixée diminutive francienne. Le trébuchet était une sorte de version mécanisée très améliorée de la catapulte qui servait à envoyer toutes sortes de projectiles sympathiques à travers ou au-dessus des murailles comme pierres, cadavres de malades infectieux et autres choses magnifiques. Il n'est tombé en désuétude que seulement au 16ème siècle avec la généralisation de l'usage du canon. 

Ce trébuchet médiéval, "trébuc" ou "trabuc" en ancienne langue d'oil, était devenu bien entendu un engin d'artillerie très en vogue dans toute l'Europe. Hors de France, les langues romanes ont adopté le mot gascon en même temps que les locuteurs ont adopté la machine d'artillerie. Elle était appelée "trabuco" en espagnol et en portugais, "trabuc" en catalan, "trabucco" en italien. Je ne sais pas si l'inventeur du trébuchet était gascon; le mot, en tout cas, l'est sans aucun doute. Et nul doute que c'est cette machine de guerre qui a permis la diffusion de ce mot gascon dans ces langues-là. Le mot est attesté au 14ème siècle en catalan, 15ème en espagnol (J. Coromines), il y désigne la machine d'artillerie. L'adaptation dans ces langues est fidèle au mot gascon, en dépit de la prononciation /y/ du "u" gascon. Il est peu probable qu'à l'époque du début de la diffusion de ce mot dans la péninsule, le "u" gascon se prononçât encore /u/. L'adaptation est donc culte et fidèle. En gascon "trabucar" signife "trébucher" comme en français mais aussi "entraver" au sens figuré. Dans ce deuxième cas, il est transitif. C'est probablement la signification la plus proche de l'étymologique et la plus ancienne. En catalan et en espagnol, trabucar ne signifie pas du tout trébucher ni entraver mais en général renverser.  La machine de guerre a certainement été à l'origine du glissement sémantique du verbe trabucar d'entrave à basculement, renversement. C'est par le truchement de cette nouveauté qu'était cette machine d'artillerie médiévale, vite devenue indispensable partout, que les voisins du sud ont connu et emprunté ce mot, alors que le mot gascon s'est répandu dans le domaine gallo-roman bien avant l'invention de la dite machine. Ceci explique la différence sémantique présentée par le mot au nord et au sud des Pyrénées. Le trébuchet catapulteur a fait tomber aux oubliettes ce concept d'entrave qui a pourtant donné son nom à la machine. Un système de treuil et d' entrave permettait de garder le bras du trébuc (trébuchet) à la position de charge avec le contrepoids en l'air et le bac de charge en bas. En retirant l'entrave, on provocait le mouvement de bascule du bras catapulteur induit, sous l'effet de la pesanteur, par le contrepoids situé à l'autre extrémité. Cette innovation sémantique de basculement, de renversement faussement associée à l'étymon de "trabucar" a pu aussi être influencée par confusion d'étymon. En occitan, "abocar" /abu'ca/ la même signification que le mot catalan "trabucar" /trabu'ca/ c'est-à-dire "renverser". En revanche, "abocar" en gascon a le sens d'"aboucher" (étym. latin bucca) et non celui de "renverser".


En portugais, "trabucar" ne signifie ni "trébucher", ni pas vraiment "renverser". Il a basiquement trois significations: celle d'attaquer avec un "trabuco" (une sorte d'escopette, je reviendrai sur ce mot). Une autre signification est celle de mettre sens dessus-dessous, d'agiter, de mélanger, de chambouler, on retrouve ce concept avec trabucar en espagnol, probablement dérivée du concept de renversement élargi au "mis sens dessus-dessous". Une troisième signification du mot portugais "trabucar" est faire un travail pénible, un dur travail. Cette signification est très particulière, elle n'existe pas ni en espagnol ni en catalan. Cette signification spécifique au mot portugais rentre beaucoup mieux dans le cadre sémantique général qu'a le mot en gascon tout en suggérant un influx de "trabalhar" assez évident. Ce concept de travail pénible rappelle le sens qu'avait l'adjectif "trabuc" en ancien gascon: qui peine à progresser, lent. On est, là, loin des significations de "renverser" ou de "chambouler" qu'ont le mot en catalan et en espagnol, significations inconnues en gascon. En plus du "trabuco" de l'artillerie, le mot a pu entrer au Portugal par une autre voie plus directe dans le cadre d'échanges entre le Portugal et la Gascogne, peut-être par l'apport linguistique d'immigrants gascons au Portugal. On n'en a un exemple avec le mot portugais "calhau" pour "pedra", qui suggère que des Gascons, peut-être des cantonniers de métier, y ont laissé le mot. Ce mot calhau, gascon et plus largement occitan, est absent de l'espagnol et du catalan. On a pu aussi avoir des échanges linguistiques par l'intermédiaire des nombreux portugais (dont beaucoup de "Nouveaux Chrétiens" convertis de force, en réalité de confession juive cachée) qui s'installèrent comme commerçants en Gascogne occidentale à partir du début du 16ème siecle.

En italien, le verbe "trabuccare" n'a rien à voir avec le "trabuc" gascon ou avec le "trabucco" italien. L'étymon du verbe italien trabuccare, ici, est à nouveau bucca (bouche), c'est celui du mot gascon abocar et du mot français fr. aboucher.

Une petite pensée, en tant que catalan d'adoption, aux "trabucaires" catalans. Ce ne sont pas des "trébucheurs" (qui serait le sens du mot en gascon) mais des gens armés de "trabucs" c'est à dire d'une sorte d'escopette. Alors que le mot "trébuc" sous cette forme s'est éteint en langue d'oïl avec la disparition de la machine médiévale, chez nos voisins du sud, le nom de la machine médiévale a été recyclé pour désigner cette escopette: "trabuc", en catalan, "trabuco" en espagnol et en portugais désignent ce petit fusil artisanal. Le mot avec cette signification est revenu en gascon sous sa forme espagnolisée: "trabuco" var. "trebuco" (voir Palay).

On a vu que notre mot gascon "trabuc" a été correctement adapté en espagnol et en catalan: "trabuc", "trabuc", "trabucar". Le gascon présente une autre forme synonyme de "trabuc" qui est "entrabuc" var. "entrebuc" qui renvoie à la forme romane "entravar" (fr. entraver) au lieu de "travar". "Entrebuc" ou "entrabuc", "entrebucar" ou "entrabucar" sont selon moi, à l'origine des mots catalans "entrebanc" et "entrebancar" (en fr. problème, obstacle, empêchement ; poser un problème, une difficulté ). Cet emprunt semble relativement récent: la première attestation du mot en catalan ne remonte qu'au 19ème siècle. Cet "n" épenthétique que l'on trouve dans cette adaptation populaire catalane d'un mot gascon n'est pas un cas isolé. On le retrouve avec cet autre mot catalan "deixondar" qui signifie réveiller. Ce dernier mot catalan dérive certainement, toujours selon moi, du mot gascon "deishudar" de même sens , lui-même dérivant du lexème latin "de-excitare". Entrebancar, deixondar, il ne s'agit plus ici de vocabulaire militaire savant mais de cas d'adaptations populaires de mots gascons en catalan. Ces mots gascons ont en commun de présenter le phonème /y/ qui pose problème en catalan car ce phonème n'y existe pas. Dans les deux cas, le problème a été résolu par la substitution du "u" /y/ gascon par des voyelles nasalisées. Il ne faut jamais oublier qu'on a parlé gascon en Catalogne et pas seulement dans le Val d'Aran. Les Gascons ont immigré en nombre et en continu en Catalogne et ce, au moins depuis la fin du Moyen-Âge. Dans Don Quijote, Cervantés écrit explicitement que la bande de voleurs menée par le bandit catalan Rocaguinarda parle un langage hybride catalanogascon. Le dictionnaire catalan, valencien baléare d'Alcover - Moll, fait au 20ème siècle, nous témoigne encore des traces d'un tel parler hybride catalanogascon qui servait en Catalogne comme une sorte d'argot (voir à "frai" dans ce dictionnaire, aussi dans les dictionnaires de roussillonais ou nord-catalan, Verdaguer, Botet-Camps). L'impact de l'immigration gasconne en Catalogne et son influence linguistique sur le catalan sont largement ignorés par les linguistes, y compris catalans. Je pense que cela devrait changer car je sais que mon blogue est lu en Catalogne et que la thématique des Gascons catalans commence a y être de plus en plus étudiée par les historiens. Les mots ne s'arrêtent pas du tout aux domaine nationalistes ou étatiques, fussent-ils aussi linguistiques, ils passent d'un domaine à l'autre avec les locuteurs. Et quand ils sont utiles et/ou plaisants, ils s'enracinent quite à chasser le mot proprement catalan. C'est le cas par exemple du mot catalan sensu stricto (catalan catalan, pas valencien, par exemple) "noi" qui signifie "garçon" . Noi vient du mot gascon "ninòi" que le catalan a faussement décomposé en nin noi. Noi a remplaçé xiquet. Un autre exemple semblable est le mot "galleda" (fr. seau), dialectalement "galleta" qui en est la forme ancienne, du gasc. "galeta", forme allélique de "canaleta" (goulot de la fontaine). En catalan de Catalogne, le gasconisme "galleda" a chassé le mot cat. "poal". "Galleda" est absent des lexiques valencien et baléare qui ont bien conservé poal. On a aussi le gasconisme "gahús" (hibou) qui, sous sa forme ancienne "gaús" (cf. Lespy), a chassé le mot catalan synonyme "mussol", ce dernier étant le mot encore employé en valencien et en baléare; ou encore le verbe "quequejar" (pour cat. "tartamudejar" : en fr. bégayer (en gascon quequejaire": que que que podem díser que-quequejar qu-qu'ei plan gascon :-D ), sans oublier l'interjection typiquement catalanocatalane Déu-n'hi-do forme grammaticalement adaptée de son équivallent gascon Diu me dau (lit. Dieu (je) me donne; en gascon, forme cryptée de D. me damne), etc. Cette liste de prêts gascons est loin d'être exhaustive.


En conclusion, plutôt qu'un lexème mixte latinofrancique tra - buc-ar, je suppose une construction romane trabuc (ar) très régulière et typiquement gasconne, trabuc(ar) forme affixée de trau(ar), avec originellement la signification probable d'entrave" (si substantif) ou entravant et entravé (si adjectif). Evidemment, si vous recherchez l'etymologie de "trébucher" ou de "trabucar" respectivement dans un dictionnaire français, espagnol ou catalan, vous trouverez à chaque fois la même étymologie tra- buc-(ar) ou tre-buc-(ar) implicant le substantif du francique ancien "buc" = bol, ventre, comme si le lexème était indigène dans chacune de ces langues. Toutefois ce supposé lexème romanofrancique assez baroque ne peut pas avoir été inventé indépendamment dans chacune de ces langues: français, catalan, portugais et espagnol. Il a du être créé dans un seul domaine et a ensuite diffusé dans les autres. Donc, lequel peut en revendiquer le berceau? Eh bien, je pense que ce mot vient bien du domaine gascon et qu'en plus l'étymologie n'est pas du tout francique mais tout-à-fait romane, à la mode gasconne. Ce mot a diffusé vers le nord et vers le sud sous deux formes: plutôt trébuc vers le nord, trabuc vers le sud. La première diffusion du mot trébuc vers le nord a du être ancienne et pu être suivie par une deuxième vague liée à la diffusion de la machine à catapulter désignée par ce mot "trabuc". On trouve ces deux formes "trébuc" et "trabuc" pour désigner la machine en langue d'oil médiévale. La diffusion du mot "trabuc" vers les péninsules ibérique et italienne semble spécifiquement liée à celle de la machine à catapulter. Cette machine a fait oublier le concept d'entrave qui lui a pourtant donné son nom. Le mouvement de basculement du bras entrainé par le contre-poids suite à la levée de l'entrave est à l'origine de la dérive sémantique conduisant à cette savante étymologie tra - buc bien imaginée mais bien imaginaire, sans rapport avec la signification la plus ancienne du mot. Ce concept de basculement, de renversement n'est pas étymologique et est d'ailleurs absent de la sémantique du mot en gascon.