dimarts, 21 de juny de 2022

Horuc, horucar (en français).

 De retour des confins du Couserans, à Horuc, lieu-dit de la commune de Cerizols, je vous livre ce petit message consacré à ce mot typiquement gascon "horuc" (message déjà publié sur facebook il y a quelques jours). En gascon, le sens premier de "horuc" (s. m.) est "creux", "cavité", "trou". L'étymon est le latin "fŏro-āre" (creuser, forer). En gascon, à partir du verbe régulier "f/horar" dérive "f/horucar" probablement via l'affixation d'un substantif roman dérivé de "f/horar" : *f/horu-a (cf. esp. hura s.f: trou; ast. furu, s.m. : id). Ainsi *f/hor(u)-a- > f/horuc (s.f.); f/horuca (s.m.) (id.). La forme verbale gasconne "horucar" (originellement: fr. creuser, faire un trou) a l'avantage de permettre d'éviter la confusion du verbe "f/horar" avec l'autre verbe gascon homonyme "f/horar" soit en fr. le verbe "fouler dont ce deuxième verbe gascon "horar" est cognat (du latin fullo-are ). De même, le gascon pourrait peut-être être à l'origine de la forme "f/horadar" qui, en gascon, tend à remplacer "horar" (creuser). Bien que cette forme aberrante "f/horadar" (reconstruite à parir du substantif f/horado ou f/horat, selon la langue impliquée) se retrouve dans toutes les langues romanes de la péninsule, il me semble que l'invention de cette forme pour remplacer "f/horar" ne fait sens qu'en gascon où elle joue le même rôle de désambigüation vis-à-vis de l'autre verbe gascon "horar" (du lat. fullare, fr. fouler), tout en évitant en plus la confusion sémantique qui a fini par caractériser la forme "horucar" ayant pris le sens de "fouiller" par confusion avec "hurgar". Du gascon, le verbe "f/horadar" aurait pu voyager de proche en proche dans les parlers romans de la péninsule. 

Revenons à "horucar", ce verbe signifie donc creuser, faire un trou (c'est le sens premier) mais aussi, et plus couramment en gascon contemporain, "fouiller", cette dérive sémantique s'explique par influx du verbe phonétiquement proche "hurgar" (fouiller). Le mot gascon "horuc" (creux, trou) se retrouve en catalan nord-occidental, sous la forme féminine "foruca" avec la signification de cavité dans la roche, abri sous roche, sorte de grotte (D.C.V.B). De même en aragonais, "foricar" signifie creuser et "foricón" et "foricacho" (avec affixes augmentatifs qui renvoient à *forico ou *forica, elle-même forme diminutive de *foro-a) désignent un trou dans la roche, une cavité, une grotte. Il me semble possible, voire probable, que le mot espagnol "horaco" (trou, cavité) soit cognat, si non une adaptation, du mot (proto-)gascon "horuc(u)", avec une mutation vocalique induite par son synonyme "horado" : *horuco x horado -> horaco. Enfin la forme "buraco" serait, selon moi, une adaptation portugaise de l'espagnol "horaco", port. o "*(h)oraco" -> o buraco), cette dernière forme étant elle-même adoptée en retour par des parlers d'Espagne.