dimarts, 10 de setembre de 2019

Cambiament de genre de prèsts gascons en espanhòu e en occitan: marraisha, tornada, Maremne, *lugra.

Lo gascon qu'a balhat mots ad autas lengas. En passant deu gascon tà l'auta lenga, que pòt ocórrer lo mot que càmbie de genre .  A còps, aqueste fenomèn que pòt estar botat en relacion dab las caracteristicas foneticas deu gascon occidentau.

Aquiu qu'avetz dus exemples dejà vists, dab mots lanusquets e/o bascogascons (i.e. gascon de la Còsta Basca) balhats a l'espanhòu.

Marrache s.f.  (en gascon de Baiona, segon Palay in Suppl. Dic.) (var. marracho s.f.  en Guiana segon lo TdF), o sia en grafia alibertina: marraisha s.f.; en  fr. chien de mer, sorte de squale. Lo mot que vien deu galò: marache, (s.f.  fr. sorte de squale, requin, fòrma romanizada  deu mot breton morc'hast var. morc'hach (raquin, literaument: canha de mar.).

Qu'avem dejà vist lo mot que viatgè deu gascon, probablament lanusquet o de la còsta basca, tà l'espanhòu:

Gascon lanusquet o basco marrache (en grafia alib.: marraisha, s.f.) - > esp. ancian  marraxo (s.m.) - > esp. modèrne (a partir deu sègle 17) marrajo s.m. (fr. squale, requin).

Lo mot breton que contunhè un deus sons camins de l'espanhòu tà... l'occitan (lengadocian).
En efèit, de manèira interessanta, lo mot espanhòu "marrajo" qu'estó emprontat per l'occitan (lengadocian maritime) qui l'adaptè devath la fòrma "maraco" (grafia deu TdF)  (s.m.) adaptat en grafia alibertina en  "maraca" (s.m.) per J. Ubaud (Dic. ort. oc.). Lo mot qu'ei plan masculin en occitan e que i significa esqüale, raquin. Normaument, en lengadocian orientau, la "a" pòst-tonica finau consèrva lo son "a". Aquiu la prononciacion qu'ei "o" segon lo TdF, un lèish deu mot espanhòu.

Dongas que podem resumir la seguida:

Gasc. Le marraisha (s.f) ->. esp. ancian el marraxo (s.m.)  -> esp. modèrne. el marrajo (s.m.)  ->  oc. lo maraca (lou maraco en grafia deu felibrige)  (s.m.).

Adonc qu'avem aquiu un exemple de mot viatjaire breton morc'hast  (s.f.) romanizat en galò , puish passat peu gascon qui n'assegurè la geminacion (rr) puish lo gascon que'u balhè a l'espanhòu, çò qui provoquè lo cambiament de genre (s.f. - > s. m.)  e, fin finala, lo mot espanhòu qu'estó emprontat per l'occitan qui l'adaptè en "maraca" (s.m.) (en grafia mistralenca maraco). Estonant, lo viatge, non?

En catalan, que i co-existeishen dus mots derivats deu mot gascon "marraisha". Lo prumèr qu'ei "marraix" (s.m. fr. requin, en part. "requin-taupe"), possiblament - totun non necessàriament-  via l'espanhòu ancian marraxo. Que i a tanben locaument en catalan lo mot "marraco" qui designa, a Tarragona, ua sòrta de monstre de la tradicion populara. L'origina deu mot que n'ei la fòrma modèrna deu mot en espanhòu: marrajo. En fèit, en espanhòu, lo mot que s'i a gahada ua dobla significacion. La significacion originau deu mot, "raquin", "esqüale", qu'ei conservada, plan segur, enqüèra que lo mot b'ei  pòc emplegat dab aquesta significacion uei lo dia, remplaçat per un aute mot: "tiburón". Totun l'espanhòu que n'a derivat un adjectiu marrajo/a qui significa faussilhàs, perfide, mandret, d'emplec plan viu, eth. Lo mot catalan marraco qu'ei ua adaptacion d'aqueste mot.

En gascon, que i a  tanben duas formas deu mot, com en catalan. Prumèr, lo mot emprontat au galò (probablament per difusion a travèrs lo peitavin-santongés) marraisha, a l'origina primària de totas las fòrmas ibericas e de l'occitana. En gascon que i trobam tanben lo mot "marraca" (s.f.), sinonime de telaranha (fr. toile d'araignée), aqueth que vien de l'espanhòu "marraja"qui significa(perfida, faussilhassa. Com ac podetz véder, lo noste mot breton mar(r)ache que hasó un viatge anar e tornar enter gascon i espanhòu!

Adara que voi tornar au mot... "tornade", fòrma de tornada (tournade), qui jo supausi arcaïca e d'origina geograficament localizada (estrem sud-oèst deu maine gascon, deu costat de Baiona e de Sent Sebastian).

Gasc ancian  tornade s.f. (uei tournade, en grafia alibertina:  tornada: fr. 1- volée, châtiment - >  2- t. meteorol. :  tornade ) - > esp.  tornado s.m. (fr. la tornade).

Lo mot "tornada" qu'ei evidentament 100 % gascon.  La vila de Baiona qu'avè ua hòrta activitat maritima, de tradicion flibustièra a mei de caçaires de balèias. En 1554,  lo corsari Jan de Sore e la soa flòta de vaishèths partits de Baiona que prengón la vila de Santiago de Cuba e que l'arlandegèn shens pietat, causant la ruina definitiva de la vila.  N'èi pas nat dobte que la significacion meteorologica deu mot tornada e la soa fonetica particulara: "tornade" be son d'origina baionesa e n'an pas arren a véder dab la tronada.  Sus la conservacion de la prononciacion de la "o" pretonica deu mot "tornade", que podetz consultar las remarcas qui n'èi hèit au pòst passat, que las torni arrepréner d'ací un pòc enlà. De notar que D. Sumien, enganat per ua ipotèsi etimologica borida e arreborida, pro complicada, qui non hè pas nat cas de l'existéncia deu mot en gascon, que  recomanda l'adopcion en occitan de la fòrma espanhòla : (lo) tornado (s.m.), en plaça de la fòrma gascona: la tornada (ved. aquiu). O sia que lo cambiament de genre, que l'observam aquiu en occitan tanben.

Gasc baionés. ancian (le) tornade ( gasc. generau: la tournade - alib. la tornada) s.f.  - > esp.  (el) tornado s.m. (fr. la tornade) - > oc. (lo) tornado (Sumien).

Aquest procèssus de cambiament de genre, que'u podem botar en relacion dab duas caracteristicas de la varietat de gascon a l'origina deu passatge deu mot a l'espanhòu.

Prumèr, la fòrma de l'article definit femenin lanusquet e bascogascon  "le", aisidament con·honut dab un article masculin peus Espanhòus. Que cau remarcar, d'aulhors qu'a Passaje /Pasaia au ras de Sent Sebastian (Guipuscoa), l'article definit en gascon  b'èra vadut epicèn. Tant la fòrma masculina de l'article definit com la femenina qu'èra "le". Qu'ei un euskarisme en gascon. Aquesta informacion suu caractèr epicèn de l'article gascon au Guipuscoa, que l'avem mercés a l'article de Serapio Múgica (ved. aquiu) e qu'ei confirmada peu tèxte de la cançon Aitona Ixidro Elusu en gascon de Pasaia - Passaje  publicada per Firmin Iturriza de cap a las annadas 1950. Que i legem:  le niñ ploraue fr. l'enfant pleurait (ved. aquiu). Notatz, en passant, la fonetica de la fòrma verbau "ploraue" (de léger a la faiçon espanhòla e non occitana). Lo gascon de Passaje presentava trèits fonetics particulars, possiblament arcaïzants, per arrepòrt au biarnés com la conservacion de la prononciacion /o/ de la o pretonica, que non /u/, totun non pas a tot còp, dilhèu pas sonque en mots on la o s'i trobava en combinason dab "r" . En gascon passajar (passajar:= de Passaje), qu'escrivèvan en grafia espanhòla,  pausats per exemple: "ploraue" (e non pluraue);  per contra plan "supat" e non "sopat" (cf. l'article de Múgica, sopat en gr. alibertina, soupat en gr. IBG). En gascon de Baiona-Anglet-Biàrritz (BAB), qu'arretrobam aquesta faiçon de prononciar la o pretonica vesiant la r. Que podem léger, per exemple,  "oratge", "florete", "trobat" etc.  aus poèmas de l'escrivan baionés Justin Larrebat en plaça d' "ouratge", "flourete", "troubat" qui èran las fòrmas emplegadas en biarnés contemporanèu de Larrebat  e en gascon occidentau de manèira generau  cf. las "Poésies Gasconnes" de Larrebat e l'abans-díser d' Henri Gavel on aqueste trèit particular deu gascon baionés i ei soslinhat. Aquesta observacion que hè hòrt probabla l'origina baionesa deu mot "tornade" (sic). De notar en biarnés, lo toponime "Ortès" (fr. Orthez dab o prononciada o e non /u/,  en gascon com en francés) que testimònia  tanben, de manèira fossilizada, d'aquesta faiçon anciana de prononciar.  Ua auta particularitat deu gascon de Passaje qu'èra la prononciacion de la v intervocalica a la faiçon deu gascon generau: /w/,  mentre qu'èra passada a /β/ en gascon de BAB com en parlars de Biarn (hòra Vic-Bilh).

Dusau,  en gascon occidentau, la "a' pòst-tonica a la fin deus mots no's diferéncia pas foneticament de la "e"pòst-tonica. Que hè impossibla la deduccion deu genre d'un mot a partir de la simpla terminason e o a.  Negue o nega que's pronóncia tot parièr en gascon lanusquet. Qu'ei ua caracteristica compartida enter lo gascon occidentau e lo catalan orientau (negre = negra).

Que podem observar aquesta caracteristica de las "e" e "a"  pòst-tonicas con·honederas en gascon occidentau  qu'ei autanplan a l'origina de quauques cas de cambiament de genre de mots gascons  especificament passats tà l'occitan.

Qu'ei lo cas dab Maremne (cf. "Lo Marensin e lo Maremne d'autscòps") vadut "Maremna" en occitan segon Sumien e lo Jornalet. En gascon, la "e" pòst-tonica de Maremne (deu lat. maritimu-) qu'ei de sostien, n'ei pas etimologica, exactament com la deu toponime catalan  Maresme (El Maresme) qui'n partatja exactament la medisha origina etimologica.

Adara que sec un exemple qui, au contra deus qui precedeishen, n'ei pas sonque deu maine teoric, que demora ipotetic. Que s'ageish deu mot occitan "lugre" o "lugres,  mot masculin o masculin plurau.  Jo que jògui ua confusion de genre e aquiu qu'avetz las rasons. En occitan deu prumèr quart deu sègle 19, segon A. Fabre d'Olivet (Dictionnaire de la Langue d'Oc rétablie),  lugres (s.m.p.) que significava:  1- astres, estelas, 2- per metafòra, uelhs . En gascon contemporanèu, ne trobam pas lo substantiu sonque devath fòrmas de las afixadas com lugran dont la significacion ei: 1- astre lusent, estela, 2-uelh 3- locaument: lugranhet (fr. ver luisant) (Palay); autanplan en Gasconha garonesa, que i trobam  lugret, var. alugret (1- estela, 2-eslambrec) (ved. lugret, TdF). Tots aqueths mots afixats que son masculins. Lo brèç deu mot "lugre" qu'ei probablament garonés, cf. lo libe de G. Balloux suus mots de la Natura en Gascon garonés. Alugret qu'ei autanplan emplegat peu poèta agenés Jansemin (1798 - 1864) dab la significacion d'estela (TdF). L'origina d'aqueste mot "lugre" qu'ei galesa. En efèit, *lugra (s.f.) que significa "lua" en (proto-)celtic e la significacion etimologica deu mot qu'ei (la) lusenta (ved. los diccionaris de proto-celtic, per exemple lo celticon  de l'Universitat de Guallas, aquiu). En celtic, lo mot qu'ei plan femenin, com luna en latin, d'etimologia analòga se non cognat (luna < *lugh-na ved. Delamarre Dic. Gaul.). L'existéncia deu mot alugret que permet de postular lo mot qu'èra tanben femenin en gascon ancian: la lugra (o la lugre en grafia anciana) - > l'alugra (l'alugre) -> l'alugret. De la medisha faiçon, lugra ou lugre (s.f.) - > lugret -> lugre (s.m), puishque *lugra e lugre e's pronóncian parièr en gasc. occidentau. Lo mot gascon "lugran" (s.m.), derivat afixat e sinonime deu mot "lugre", qu'empacha tota confusion de genre.  Lugret e alugret, tot parièr. Jo que supausi lo mot *lugra (s.f.) qu'estó  espudit deu gascon, remplaçat peus sons derivats vaduts masculins per afixacion. En occitan, la significacion d'astre lusent, estela, deu mot "lugre" (s.m.), plan atestada per Fabre d'Olivet (1820), qu'ei desconeishuda au TdF. Que sembla largament perduda, non la tornam trobar en nat diccionari occitanista contemporanèu, sauv error  de part mea.  En occitan, "lugre" (dab la significacion d'astre qui luseish) qu'ei estat remplaçat per "lugarn". Totun, la significacion deu maine astronomic qu'a lo mot occitan "lugarn" que resulta probablament de l'influx deu mot"lugre" via lo son derivat e sinonime gascon  "lugran". L'etimon de "lugarn" qu'ei lo mot proto-celtic loukarnon var. loukarna (s.n). qui significa  lampa, lum artificiau (ved. los dic. de proto-celtic, per exemple lo de l'Universitat de Gualas, consultable aquiu). Lo mot occitan "lugarn" qu'ei cognat deu mot fr." lucarne", deu mot breton "lugern", etc. En fr. ancian "lucarne" = fr. "lampe", "torche", "flambeau" (Ved. l'entrada lucarne au Dic Godefroy) ; en breton "lugern" = quauquarren qui luseish, qui brilha. En las lengas celticas de Gran Bretanha e d'Irlanda , los cognats deu mot occitan lugarn (guallés llugorn, cornic lugern, gaelic ancian lócharn, irlandés lóchrann ) que i significan tots "lampa", n'i trobam pas nada traça de significacion astronomica.




dilluns, 2 de setembre de 2019

Sur la trace des Gascons et du gascon en Asturies.

L'histoire gasconne aux Asturies commence au XIème siècle avec le repeuplement de la péninsule ibérique par l'installation des "francos" venus d'au-delà des Pyrénées. Leur immigration  était encouragée par les pouvoirs chrétiens en place,  pour des raisons démographiques. Il fallait participer à la recolonisation des territoires pris aux Arabo-Berbères en noyant les musulmans sous un flot de peuplement chrétien. Le cas des Asturies était un peu à part, puisque les Musulmans ne les avaient jamais conquises. Mais les Gascons (et Occitans des régions voisines de la Gascogne ) s'y sont installés comme ailleurs en Espagne. Leur présence se fait sentir dans le texte des "fueros" octroyés aux villes asturiennes d'Oviedo et d'Avilés  par le roi Ferdinand VI en 1085. On connait le contenu de ces "fueros" (originellement certainement écrits en latin compte-tenu de l'époque) par une traduction  en langue vulgaire qui date du 12eme siècle. Tant le texte de ces "fueros" comme la langue employée dans la traduction sont inhabituels, ce qui leur a valu d'être soupsonnés de faux pendant un temps. Le fond de ces "fueros" ressemble d'avantage à un texte de "fors" comme en trouve en Aquitaine ou en Occitanie qu'à celui d'un "fuero" espagnol. Quant à la langue, c'est une sorte de macaroni de base espagnole mixé avec des gasconismes ou occitanismes lexicaux. Le copiste-traducteur devait être gascon ou occitan. Dans un autre document asturien notifiant une vente domaniale entre fidèles d'une même paroisse (archive du monastère de San Pelayo à Oviedo, 1261),  la langue est de l'asturien présentant des gasconismes non seulement lexicaux mais aussi des erreurs gramaticales parfaitement explicables par le gascon ("venduda", "metuda" écrits à la place de "vendida", "metida", par exemple). Là encore, le scribe devait être gascon ou occitan.

Dans la capitale des Asturies, Oviedo, la communauté gasconne au Moyen-Age s'était regroupée dans une seule rue du centre-ville,  à l'image des Juifs, si  bien que la rue avait pris pour nom celui de "calle de los Gascones". Encore aujourd'hui, cette rue a gardé le nom de calle gascones, une rue piétonne réputée de nos jours pour ses "sidreries" (bars à cidre).

Aux Asturies, les Gascons ont pu laisser quelques traces linguistiques dans les argots de métiers. A l'époque contemporaine ou quasi, des corporations de petits artisans employaient des argots ("jergas" en espagnol) qui leur étaient propres, selon le village et la corporation représentée. Certains de ces différents argots présentent des mots plus ou moins clairement empruntés au gascon.   Un nom même d'un de ces argots nous interpelle,  celui des fabricants de paniers de Peñamellera.  Peñamellera est un patelin dans la partie orientale des Asturies où l'on parle l'asturien oriental, c'est à dire le cantabre occidental (tout est une question de point de vue, c'est un cantabre de coeur qui vous parle). Qui ne connait pas la "vieja de Peñamellera, une chanson traditionnelle cantabre mis au répertoire des "gaiterus" de Cantabrie?  Bon, je dévie, excusez-moi, cet air fait partie de mon répertoire de cornemuse asturienne, euh...cantabroasturienne. Bref, je reprends: la corporation des fabricants de paniers de Peñamellera pratiquait un de ces argots appelé communément "varbéu"ou  "cascón" (sic, troublant, non ? Le mot évoque à la fois le mot gascon en castillan et asturien: gascón et sa forme en basque: kaskoi)  ou encore "vascuence de los Donjuanes de Peñamellera (sic)". Ces artisans faisaient du porte à porte pour vendre les paniers qu'ils fabricaient et, apparamment, avaient la réputation de ne pas toujours se limiter strictement au démarchage auprès de ces dames, l'occasion faisant le larron.

La finalité de ces argots de métiers tels que le bron, la xíriga ou le varbèu, c'était de pouvoir communiquer sans se faire comprendre des non-initiés, en particulier des clients mais aussi de l'Autorité. Ce sont des parlers linguistiquement asturiens mais qui présentent tout un tas de mots "bizarres" qui sont soit empruntés à diverses langues et adaptés à la mode asturienne ou soit des mots à la base proprement asturiens ou espagnols mais déformés, souvent par inversion de consonnes, exemple: zomu pour mozu (fr. jeune homme);  maquín pour camín fr. chemin),  de façon à  à les rendre incompréhensibles et à ainsi brouiller la signification de la phrase. Ainsi la compréhension est-elle réservée aux seuls initiés, les membres de la corporation artisanale. Par exemple:  "albeñáronse con unas búcaras de pijorriu y viciaron.". Cette phrase en argot asturien, aucun hispanophone au monde ne peut la comprendre ni même en deviner un tant soit peu sa signification s'il n'a pas été initié. En revanche, celui qui l'emploie marque son appartenance à sa corporation, à un groupe avec lequel il partage le parler spécifique. L'argot est donc aussi un signe identitaire.  La traduction de la phrase est:  "ils se sont enivrés avec quelques bouteilles de cidres et s'en sont allés." Ces argots de métier asturiens, on ne les trouve strictement que dans le domaine linguistique asturléonais de la Principauté, on n'en connait aucun dans le domaine galaicolusophone des Asturies (partie occidentale des Asturies où l'on parle galicien). Selon les argots, on estime le vocabulaire spécifique à 200 mots (toutefois extensible par l'utilisation de particules fixes permettant de camoufler n'importe quel mot ordinaire par insertion) jusqu'à plus de 1000.

Ces argots de métiers ne se limitent pas aux Asturies, on en trouvait aussi ailleurs et en particulier en France. Par exemple du côté de l'Auvergne il en a été décrit deux dans les années 1880, l'un de chaudroniers, l'autre de maçons.  Celui des chaudroniers s'appellait broun (voir l'article sur les Argots de Métiers Auvergnats et Marchois  d' A. Dauzat et J.-F.  , dans la Revue des Langues Romanes, ). Ce mot "broun" est intéressant car on le retrouve spécifiquement aux Asturies sous la forme "bron' désignant deux argots de métiers, dont un de chaudroniers. Ce terme de bron a du voyager par les Chemins de Saint-Jacques dans un sens ou dans un autre. C'est d'autant plus probable que ces chaudroniers du Centre étaient des émigrants saisonniers.

Dans ces argots de métiers asturiens, on y reconnait, entre autres,  quelques mots d' italien  déformés (gamba,niente, nente), pas mal de mots de français  plus ou moins déformés (par exemple chen (ch = à peu près tch français) ou xen (x = sh gascon, ch fr.)  pour chien; chen de montis: loup; nin = fr. rien et personne, chanche signifie change; peiro, meira = père et mère (asturianisés -eiro/a),  du catalan ou de l'occitan plus ou moins déformé  (res pour dire rien, llatre pour voleur, fainar pour dire faire etc,;  mecho pour medio (mi en français, mig en catalan, mièg en occitan). On y trouve dans certains de ces argots - surtout ceux d'Asturie orientale, énormément de mots venus du basque.  En varbéu (esp. varbeo), également appelé cascún ou vascuence, les mots tirés du basque représentent près du 18 % du vocabulaire spécifiquement argotique. Dans l'argot de la confédération des couvreurs de l'orient asturien, en particulier de Llanes et de Ribasella, appelé la "xíriga", mot asturien pour jerga, les emprunts au basque représente plus de 20% du vocabulaire spécifiquement argotique, y compris tous les mots pour les nombres (1-ba ou bate, 2- bi, 3-iru,, etc et on y retrouve la façon vigésimale de compter (20: oguei, 30: oguei amar (sic), 40: bioguei etc.) (voir les références bibliographiques à la fin de l'article).

 On trouve aussi dans ces argots des gasconismes, très clairs pour certains, plus douteux pour d'autres. Gasconismes ou gallicismes? Ce n'est pas toujours évident. Parmi les gasconismes très clairs, on trouve le mot "nosautos" pour "nosotros" (nous) dans le "bron" de Miranda, c'est-à-dire l'argot des chaudronniers de Miranda de Avilés. Par ailleurs, toujours en bron, le verbe "allupar" qui signifie "voir", semble un dérivé asturien du  mot gascon "lupar" qui signifie regarder furtivement, épier.  On trouve aussi  en bron le mot  "borle" qui s'emploie  pour dire "rien". En gascon, le mot  bourle (graphie EGF) ou borla (graphie alibertine) est attesté avec la signification d'effilure (fil résultant de l'effilage). En béarnais (cf. Raymond-Lespy), borla (bourle) y a populairement une signification métaphorique, celle de "quantité résiduelle", "trace" (au sens quantitatif du mot), il est donc a peu près synonyme de mic, mica (miette).   Le mot (ou un homonyme) existe aussi en espagnol (première attestation 15ème siècle), en portugais et en catalan (également attesté au 15ème siecle), sous la forme borla, mais  la signification du mot dans ces trois langues  est vraiment différente de celle qu'ont les mots borle et bourle respectivement en bron et en gascon . Dans les langues péninsulaires,  "borla" signifie houppe et non pas "fil" et ce mot y est vraiment sans rapport avec le concept de petite quantité, de privation ou de néant.  Le sens de "rien" qu'a le mot borle en bron est spécifiquement gascon. Dans cette dernière langue, borla (bourle) s'utilise dans les phrases négatives pour dire "pas du tout" , d'ailleurs comme le mot mica en catalan. Par exemple, on peut dire, en catalan:  "passejar-se amb ell no era mica agradable", soit en français: "se promener avec lui , ce n'était pas du tout agréable". De même en gascon on peut dire: "pan e vin, non n'i a borla" comme: "non n'i a ni chic ni mic"  pour dire: "du pain et du vin, il n'y en a pas du tout". L'emprunt au gascon ancien (médiéval ou de la Renaissance) est suggéré par le vocalisme tonique du mot borle en argot: /o/ et non /u/ (cf les études de M. Groclaude et de Jean Lafitte sur l'évolution phonétique du o tonique en gascon , voir ) et par la terminaison du mot en -e. Prononcer burla ou burle (u =ou) n'aurait évidemment posé aucune difficulté aux Asturiens. Mais là, le mot est bien "borle".

 On trouve aussi  en bron des dérivés de mots communs au gascon et au français, par exemple  aplen qui signifie  beaucoup en bron cf. gasc. que n'i a plen et fr. il y en a plein. Dans différents argots, on trouve vilaxe ou villaje (selon la "jerga". Ce mot est peut-être un gallicisme mais l'origine gasconne du mot n'est pas non plus impossible, comme est probablement d'origine gasconne le mot "pasaje" en espagnol, cf Pasajes de San Juan près de Saint Sébastien. Là, Passaje est l'adaptation espagnole d'un toponyme gascon passage = passaye, Pasaia en basque,  qu'on peut traduire par "port", ici, maritime (recueilli par S. Múgica, 1923 voir . ). On trouve d'ailleurs la forme formage (sic) dans un manuscrit gascon du 13ème siécle, mot que l'on retrouve sous la forme  formaxe dans un argot asturien alors qu'il est fromaje dans un autre.  Plutôt qu'un gallicisme, la forme formaxe plaide pour un gasconisme on un occitanisme au sens large, catalanisme inclus. Les formes médiévales du mot en gascon sont graphiées de diverses manières: formadge,  formatge , formage (sic) , fromatge, fromadge. Toutes ces formes sont attestées en gascon medieval du 13ème siècle, voir DAG vol 13 paragraphe 1750. Les mots de la jerga sont donc compatibles avec l'hypothèse d'un leg du gascon ancien. Je dis bien compatible, c'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas servir à invalider l'hypothèse de l'emprunt au gascon, mais ils ne peuvent pas non plus servir à la confirmer.

 En jerga, on trouve aussi le mot "matín" pour dire jour (día en esp.) avec "matina" pour dire "matin" (esp. mañana), "matín" peut venir du gascon comme du français. Plus intéressant de mon point de vue:  les mots "motón" et "motona" pour dire "bélier" et "brebis, mouton" (carnero, oveja en esp.), c'est un mot que l'on retrouve, exactement sous cette même forme phonétique, dans beaucoup de ces argots d'artisans asturiens. Notez là, à nouveau, la particularité de la phonétique. Elle correspond tout-à-fait à la graphie médiévale du mot en gascon, les asturiens disent bien "motón" et non pas mutón ni mutún. Je crois bien qu'on peut avoir là, avec l'o prétonique prononcé /o/ et non /u/ en contraste avec le mot français "mouton",  un trait phonétique hérité du gascon occidental ancien qu'on retrouve fossilisé dans le mot français tornade (mot probablement d'origine gasconne negue - bayonnais ou donostiar, et non pas ni anglais ni espagnol contrairement à... etc ;-)), le toponyme Ortès - Orthez, des noms de famille comme Torné et Mora (gasc. tornèr : fr. tourneur; morar : fr. terrain inondé, marécage: un toponyme, à l'origine). Ce o prétonique prononcé "o" et non "ou" est une caractéristique phonétique  dont on trouve encore des traces disséminées dans le gascon extrême-occidental contemporain, en particulier bayonnais mais aussi en landais.  On a encore pas mal d'exemples illustrant cette particularité phonétique dans le dictionnaire de gascon landais de l'abbé Foix (rédigé en graphie du félibrige et achevé en 1932): "trobà" utilisé en concurence avec "troubà" (selon les parlers), "topet" en concurrence avec "toupet", etc, etc et spécifiquement  en bayonnais Foix signale le verbe "yumpolà" . Aussi chez Larrebat on peut lire"trobat" et non "troubat" etc. Gavel, dans son introduction aux poésies bayonnaises de Larrebat, traite de ce point du o prétonique prononcé dans certains mots "o" et non /u/ en gascon de Bayonne et de la  Côte Basque (trobat et non troubat etc). Lui pensait que c'était un trait contemporain lié à la décadence de la langue, mais moi, je pense au contraire que c'est un trait dialectal archaïque ayant survécu dans cette partie extrême du domaine gascon, autrefois transpyrénéen, mais qui était déjà  en voie d'extinction du temps de Gavel. En gascon d'aujourd'hui, tout le monde gasconophone prononce "tournade" (avec les variations phonétiques habituelles  pour la voyelle  finale atone) et tout le monde dit aussi tournè (qui s'écrit tornèr en graphie alibertine, tourneur en français).  Je pense que le patronyme Torné et le mot français tornade reproduisent des formes "fossiles" du gascon, comme l'est la phonétique du toponyme  Ortès (Orthez) dans la langue vivante, en gascon comme en français. De même, en gascon de Pasaia (recueilli en 1950): le niñ ploraue ( fr. l'enfant pleurait) voir .

 A noter aussi en argot asturien cette magnifique transformation du  mot camin  en... "maquín" pour dire chemin. Il est vrai que le mot camín n'aurait pas pausé de problème de compréhension pour un non-initié, chemin se disant camino en espagnol et...camín en asturien. L'absence de voyelle finale dans les mots asturléonais camín et molín (var. asturienne: mulín) qui contrastent avec les formes castillanes et galaïcoportugaises (camino, caminho, molino, molinho) rend ces mots en asturléonais quasiments identiques à leurs correspondants gascons, à la différence de la prononciation du n final, dentale en asturléonais, vélaire en gascon. En asturien, on trouve les deux variantes selon les parlers: "molín" et "mulín", et c'est "molín" en léonais. En Cantabrie (où l'on parle un asturléonais de transition), on retrouve une forme ibéroromane "normale": "mulinu" (Perry, el habla pasiega), passé sous cette forme en "cántabru" (cantabre) normé. Je me demande (évidemment) si les Asturiens et les Léonais n'ont pas tout simplement adopté les formes gasconnes apportées par les immigrants, cette adoption s'étant faite par attraction du suffixe -ín, très populaire dans l'ensemble asturléonais  et particulièrement aux Asturies. On aurait là un gasconisme spécifique à l'asturléonais.

 On peut penser (ou pas) que certains de ces mots sont un héritage de la présence gasconne aux Asturies.  Il est d'ailleurs possible qu'au Moyen-Âge ces immigrants gascons qui sont arrivés en Asturies dès le onzième siècle (il y a donc  mille ans)  n'avaient pas tous le gascon comme langue maternelle et parlaient encore la langue indigène, c'est-à-dire l'aquitain devenu le basque. Dans les territoires de l'ancien Duché de Gascogne, on parlait le basque ou le gascon selon les lieux et les classes sociales mais on n'écrivait que le latin et le gascon (ce dernier seulement à partir du 12ème s.) quand on savait écrire, et cela valait aussi pour le Pays Basque du Nord qui faisait partie intégrante du Duché et aussi pour la Basse Navarre (St Jean Pied de Port, St Palais) qui dépendait du royaume de Navarre qui s'était séparé du Duché de Gascogne, du fait d' Eneko Arista, en 824. Comme le reste du Pays Basque nord, cette partie septentrionale du royaume de Navarre était également, en plus de bascophone, spécifiquement gasconophone. Les Navarrais du Nord pratiquaient le gascon en diasystème avec l'"espagnol" version navarraise (le navarrais s'étant considérablement éloigné de l'aragonais pour se fondre progressivement  dans l'espagnol à partir du 13eme-14eme siècle). Ce diasystème navarrais a eu des conséquences sur les deux langues romanes: gasconisation du navarrais, navarrisation du gascon aux alentours de la Navarre comme, par exemple, la "correction" du verbe gascon "vier" (12ème siècle à Bayonne, attesté aussi au 13ème siècle à Morlaas et Ossau) en "viéner" d'attestation relativement plus tardive (14ème) et qui a déplacé la forme courte dans une large zone autour du Béarn.  On peut donc se demander si les mots basques présents dans les "jergas" n'ont pas été apportés par des gens originaires du duché de Gascogne, qui auraient entretenu leur langue propre un temps aux Asturies.  Ce n'est pas  strictement impossible mais il faut alors  supposer des contacts soutenus (par exemple commerciaux ou d'alliance communautaire) de ces bascophones gascons avec les Basques d'Espagne. En effet, dans ces argots de métiers,  on y trouve un grand nombre d'idiotismes du basque espagnol, en particulier biscayen, qui est la province basque la plus proche des Asturies (environ 300 km tout de même).  Le mot pour dire 20 en xíriga, par exemple, vient du basque espagnol et non du navarro-labourdin (hogei et non hogoi). Il y a donc peut-être une autre hypothèse plus simple pour expliquer ces mots basques, qui pourrait être l'héritage d' une ancienne immigration de basques de Biscaye en Asturies orientale.  En revanche, la phonétique, d'apparence très archaïsante, des emprunts gascons dans les jargons asturiens est troublante. Elle est compatible avec l'hypothèse d'un apport linguistique médiéval depuis la Gascogne occidentale. Il faut noter que la cathédrale d'Oviedo garde dans ses archives un document notarial bayonnais de 1327 concernant une dette d'argent qui liait l'évèque d'Oviedo de prénom gascon "Ot" (soit Odon en français) à un ordre religieux bayonnais pour des travaux à la cathédrale de la capitale asturienne et qui a été remboursée grace au mécènat (forcé ou non) d'un citoyen asturien. Ce document est rédigé pour partie en latin et pour partie en gascon bayonnais (gascon "negue").  Les liens entre les Asturiens et l'antique Duché de Gascogne étaient donc bien réels.

Pour ceux qui lisent l'espagnol, je recommande  cet article pdf téléchargeable du professeur J. R González Fernández sur la présence des "francos" dans la péninsule ibérique (google: la Presencia de Francos en la Península Ibérica).  Ce professeur à l'Université d'Oviedo est aussi l'auteur d'une édition du manuscrit bayonnais écrit pour partie en latin et pour partie en gascon bayonnais conservé à la cathédrale d'Oviedo, avec édition du texte, traduction et glossaire.. Hélas, cet article n'est pas conultable sur le net. En voici la référence: Un documento gascón en la catedral de Oviedo, Frenández González, José Ramón (1978). In Mélanges  Charles Camproux Tome 2 pp 553- 572.
Je recommande aussi l'article du philologue asturien Ramón de Andrés (Université d'Oviedo) sur le basque et les argots des corporations d'Asturies (El eusquera y las jergas gremiales de Asturias), également téléchargeable. Ce papier est très intéressant. Et, hors-sujet, j'ai trouvé très intéressante cette étude en français du Prof. Jean Orpustan sur les noms et surnoms des habitants du Pays Basque continental, en fait Soule et Basse-Navarre, au début du 14ème siècle. Vous pouvez la lire . Si le gascon médiéval de Basse-Navarre (14ème s.) et sa relation avec l'"espagnol" navarrais (déjà plus proche du castillan que de l'aragonais) vous intéressent, vous pouvez consulter en ligne toute une série de textes qui viennent des Archives Générales du Royaume de Navarre à Pampelune, qui en conservent environ 300 en gascon avec souvent des parties en navarrais. Le lien est sur mon blog, à droite. Bonne lecture!

dissabte, 31 d’agost de 2019

Mots voyageurs. luuken, lucar, llucar; trabucar, trébucher.

Dans le post précédent, j'ai évoqué trois exemples de mots voyageurs.

1- Le mot abalòt et abalotar commun au gascon et au catalan (avalot, avalotar). Ce mot est inconnu de Mistral qui ne connait pas d'avantage balude, abalude et abalut qui sont des gasconismes à l'origine probable d'abalòt. On a là un mot qui a migré du gascon au catalan sans passer par la case de l'occitan et encore moins du français.

2- le mot breton morc'hach (variante dialectale de morc'hast, fr. requin, squale lit. chienne de mer) qui a voyagé en profitant du continuum roman après avoir été adapté en gallo sous la forme "(la) marache", puis du gallo le mot est probablement passé en poitevin-saintongeais pour atteindre ensuite le gascon côtier (gascon "negue" : marrache ou marraisha, selon votre système graphique) qui l'a fait passer en Espagne. Le mot a été adopté par toutes les langues de la péninsule ibérique, en particulier le catalan (el marraix) et l'espagnol (el marraxo - > marrajo et marrajo-a) qui l'a renvoyé au gascon (esp. marraja - > gasc. la marraca ou marraco selon v.s. g.) et aussi à l'occitan languedocien (esp. (el) marrajo - > oc. (lou) maraco (fr. squale, TdF) soit lo maraca en graphie alibertine (Ubaud). La limite septentrionale de l'aire du mot d'oil marache est la baie du Mont Saint Michel. Il est à noter que le français de France ne connait pas ce mot et n'a donc pas pu participer à son voyage. En revanche le français du Québec le connait bien, qui l'a adopté sous la forme maraiche (nom canadien du requin-taupe), un emprunt au gallo ou au poitevin-charentais en français du Québec. Le mot est donc entré en français par la porte canadienne.

Un autre mot breton "morgu", l'équivalent masculin de morc'hast (morgu: lit. chien de mer, désignant une sorte de squale, grande roussette) a fait une partie du  même chemin que "morc'hast". Celui-là est bien attesté en poitevin-saintongeais (Île d'Oleron: "mǝrg" = grande roussette) d'où il a du gagner le gascon côtier: mirc, mirque (mirca) (id.) mais il n'est apparemment pas allé plus loin que le gascon de Bayonne (mirc s.m .déjà attesté au 14ème siècle à Bayonne, la mirque ou mirca (selon v.s.g.)  dans le bassin d'Arcachon cf. Palay). Je ne sache pas que le mot ait continué son chemin en Espagne contrairement à son correspondant féminin marache.

3- le mot cachalot (17ème s.) , issu de cachalut (ou plutôt caishalut en graphie alibertine, de caishau, d'où caishalòt), qui est passé du gascon à une multitude de langues via le français, l'espagnol, l'anglais et le russe.

Comme quatrième cas d'école de mot voyageur, je prendrai comme exemple un mot flamand qui a été adapté en picard au Moyen-Âge. Cette romanisation  a permis au mot de voyager vers le sud jusqu'en Catalogne  en passant par les langues d'oil, le gascon et l'occitan. Il s'agit de loeken (forme du mot en néerlandais moyen) ou luuken (forme du mot en flamand occidental contemporain, le flamand de la région de Dunkerque) qui signifie regarder et en particulier regarder en cachette. Ce mot est cognat du verbe anglais to look. L'attestation la plus ancienne de ce mot en roman l'est en picard dès le 13ème siècle sous la forme "luquier", "aluquier". Du picard il est passé en français sous la forme luquer (aujourd'hui ne subsistant que sous la forme reluquer). Il a continué son chemin vers le sud et on le retrouve en gascon et en languedocien sous la forme "lucar" (regarder furtivement, regarder en cachette). Le mot a diffusé jusqu'en catalan où il a été naturalisé sous la forme "llucar" (regarder furtivement, regarder en cachette). Bien entendu, pas plus que le mot "marraix", le mot "llucar" ne porte d'étiquette indicant son origine et Coromines n'a pas compris d'où ils venaient, ni l'un, ni l'autre. Dans le cas de marraix c'est le mot breton morc'hach qui a été romanisé en marache (mot gallo),  le gascon maritime (gascon negue) a provoqué le doublement du r par effet d'expressivité (le marrache) et a probablement causé la masculanisation du mot dans les langues romanes d'Espagne à cause de l'article feminin lanusquet "le" pris pour masculin.  Dans le cas du mot "llucar", il vient de luuken via le picard luquier, le français luquer et le gascon et occitann lucar (dans cet ordre). A la différence de marache qui n'a pas traversé le domaine du français, et donc le français ne connait pas ce mot (sauf au Québec via le gallo ou le poitevin-santongeais ou les deux), luuken - luquier a traversé le domaine du français en voyageant vers le sud, autrefois luquer en français, puis lucar plus au sud et enfin llucar en catalan.

Il peut évidemment arriver que d'autres mots fassent un voyage vers le nord à partir du gascon comme on l'a déjà vu avec "cachalot". Je pense que c'est le cas de "trabucar" dont l'étymologie supposée (et à mon humble avis suffisamment invraisemblable pour ne pas être crédible) le fait remonter au substantif germanique "buc" qui signifie ventre, affixé avec le très roman tra (latin trans), donc tra + buc avec l'idée de renversement. Toutefois le gascon, avec son substantif trabuc (obstacle, empêchement, problème) et les mots dérivés entrabuc e entrabucar, ce dernier partagé avec le catalan entrebanc(ar), fait sans problème la relation entre "trabucar" e le verbe roman "travar", fr. entraver. Alors, plutôt que ce germanique "buc" qui sent l'étymologie populaire germanisante assez loufoque (avec tout le respect que je dois pour la romanistique allemande) , je parierais plutôt pour une étymologie bien romane, de "travar"  entraver. Le b de trabuc(ar) à la place du v /w/ , je l'explique comme gasconisme phonétique destiné à éviter la diftongaison qui entrainerait une confusion de trauuc(ar) avec trauc(ar) (fr. trou(er)). EDIT: Cette forme trauucar existe néanmoins en gascon, ce qui renforce mon hypothèse alternative travar - > travucar (= trauucar) - -> trabucar cf. le commentaire de Gaby, merci à lui!)  Trabuc(ar) serait (selon moi)  au verbe roman travar (fr. entraver) ce que foruc(ar) - horuc(ar) est au verbe roman forar (creuser, forer). Trabuc(ar), horuc(ar): ce type de construction me semble typiquement gascon,  Ainsi on explique le e de la première syllabe du mot français trébucher qui dérive  de trabucar, car en gascon ancien le a comme le e prétoniques devaient se prononcer /ǝ/ comme en catalan oriental contemporain, ce phonème étaient résolu graphiquement (et plus tard phonétiquement) indifféremment par e ou par a: trabucar /trebucar comme demorar /damorar. Trabucar viendrait de travar en (proto)gascon à une époque où le u du gascon se prononçait comme en latin et en catalan. Le mot  serait donc commun au (proto)catalan et au gascon. En revanche entrabucar et entrabuc ont du passer beaucoup plus tardivement du gascon au catalan. Le "u" gascon s'y disant /y/, ce phonème a du pauser un problème phonétique dans la langue voisine qui l'a résolu par les adaptations gasc. entrabuc()ar `> cat. entrebanc(ar) (de fait de première attestation relativement récente en catalan, 19ème siècle). Une adaptation analogue concerne le mot catalan "deixondar" (réveiller) que l'on peut faire remonter au latin "de-excitare" par emprunt et adaptation du verbe gascon "deishudar" (id.), gasc. deishudar - > cat. deixondar, et aussi le mot catalan trona (chaire de prêche) qui dérive du gascon truna  (du latin tribuna alors que ce dernier mot latin a donné tribuna en catalan, d'attestation plus ancienne  dans cette langue). Dans chacun de ces trois cas, c'est l'u gascon /y/ - imprononçable pour un espagnol non-gascon- qui provoque une anomalie phonétique en catalan.

 Pour moi,  si on croit que l'étymologie de trabuc(ar)  est bien la construction tra + buc comme il est généralement admis dans tous les bons ouvrages (mais je ne suis pas un bon ouvrage et j'essaye de raisonner ;-) ), la probabilité que ce mot ait pu être imaginé en plusieurs endroits distincts est absolument nulle tellement l'étymologie en est "spéciale". Donc il a forcément du être créé en quelque endroit et de là il a du voyager.  Et comme je crois, moi, à une étymologie plus "classique" et plus ordinaire de mon point de vue d'étudiant du gascon, plutôt un dérivé gascon du verbe roman "travar" qu'un composé tra + buc, j'admets alors que le mot "trabucar" a du voyager par diffusion à partir du (proto)gascon pour envahir l'espace roman. Dans tous les cas de figures, on a affaire à un mot voyageur mais dans mon hypothèse on a affaire à un mot cent pour cent gascon, qui a voyagé.

Dans le post suivant, je parlerai des traces linguistiques du gascon en Asturies qui remontent au onzième siecle et se prolongent jusqu'à nos jours. .

diumenge, 25 d’agost de 2019

Le mot catalan avalot est de formation gasconne (aussi alboroto en espagnol).

Il y a un mot catalan que les historiens qui s'intéressent à l'histoire médiévale de la Catalogne connaissent tous très bien, c'est le mot "avalot" (s.m)., qu'on peut traduire par "manifestation de rue",  "agitation populaire", "soulèvement", "émeute". Le mot remonte au 14ème siècle avec l'épidémie de peste noire et les émeutes ("avalots")  conduisant aux massacres antisémites en Espagne, les juifs étant accusés d'être responsables de l'épidémie et du malheur du monde. L'étymon  d'"avalot" est le mot latin "voluta", mais il n'est pas facile de faire dériver phonétiquement "avalot" de "voluta", aussi Coromines avait-il suggeré une hypothèse un peu différente, une dérivation non pas à partir de "voluta" mais à partir du verbe "volutare". De ce dernier  serait issu le verbe catalan "avalotar" dont "avalot" dériverait à son tour. Cette proposition de dérivation pause toutefois un gros problème car en passant du latin en roman on s'attendrait à ce que le "t" intervocalique du verbe "volutare" se fasse "d". C'est d'ailleurs ce qu'on observe avec le verbe "voludar" en occitan,  en gascon et même en catalan septentrional (roussillonais). Ce verbe "voludar" derive de "volutare" de manière on ne peut plus canonique. Alors comment expliquer la persistance du "t" dans "avalot" et "avalotar"?

La réponse, selon moi, se trouve en gascon.

Le mot latin "voluta" (s.f.) a donné  "baluda" (s.f.)  en gascon. Notons que la prononciation /a/ de la prétonique évite l'homonymie de   "baluda" avec "voluda" (du gascon "voler"). "Baluda" a une variante synonyme "abaluda" (s.f.) (probablement par effet du verbe dérivé de "baluda": "abaludar", l'abaluda = la baluda). Cette variante évite l'homonymie avec "valuda" (de "valer"). Ce substantif "abaluda" est a l'origine de la fòrme masculine synonyme "abalut" (s.m.). C'est la création de ce mot gascon "abalut" qui est à l'origine de ce qui ressemble (faussement) à une conservation du  "t" de "voluta". Faussement, car ce "t" n'est évidemment pas celui de "voluta" qui a bien donné de fait un "d" en gascon (voluta - > baluda) mais le résultat de la reconstruction populaire d'une forme masculine a partir d'abaluda (s.f.) - > abalut (s.m.). C'est de ce mot "abalut"  que dérive probablement le mot abalòt (passé en catalan: avalot) et de ce même mot abalòt vient le verbe "abalotar" qui en a conservé le t (également passé en catalan: avalotar). Le passage d'abalut à abalòt s'est fait par substitution de ce qui est pris pour un affixe (-òt remplaçant -ut). Cette substitution est probablement le fruit d'une commodité adaptative au sein d'une communauté à cheval sur les Pyrénées. On a parlé gascon au sud des Pyrénées, et particulièrement en Catalogne, du fait de l'importance de la communauté gasconne qui s'y était installée, et au Pays Basque où le gascon y était installé localement depuis les origines de langue. En Catalogne comme au Pays Basque, le gascon y était évidemment en interaction orale avec les autres langues. Or, l'affixe gascon -ut est imprononçable pour un Espagnol (non-gascon) contrairement à -òt, -ote, communément utilisés au nord comme au sud de la frontière. On a un autre exemple, très similaire, de ce même phénomène de substitution d'affixe avec le mot gascon caishalut. Cachalut, c'est la forme d'attestation la plus ancienne du mot cachalot, recueillie à St Jean de Luz en 1628 (voir ). Littéralement (lo) caishalut signifie (le) dentu. Caishau ou cachaù - selon votre système graphique- signifie molaire, grosse dent. Caishalut ou cachalùt veut dire qui a de grosses dents -c'est une  caractéristique qui distingue le cachalot des vraies baleines qui ont des fanons en place de dents. Ce mot caishalut est à l'origine de la forme moderne caishalòt (cachalot, St Jean de Luz, 1675), mot gascon devenu international, adopté en français et en espagnol (cachalote) et un très grand nombre d'autres idiomes, de l'ouzbek à l'irlandais en passant par le basque, l'esperanto, etc, pour y désigner notre baleine à dents. On y retrouve là exactement la même modification adaptative:  caishalut - > caishalòt; abalut - > abalòt.  La substitution s'y 'explique pour exactement les mêmes raisons, avec trois siècles d'écart entre ces deux exemples. Notez que la provenance gasconne et la signification du mot cachalut  à l'origine du mot cachalot, quoique très claires pour qui connait le gascon, sont ignorées d'absolument tous les dictionnaires, la faute en incombant à Coromines qui a sauté l'étape "cachalut" de 1628 et celle de "cachalot" de 1675 en prenant comme départ la forme ibérique "cachalote" dont la première attestation ne remonte qu'à 1795 en espagnol et à seulement à 1855 en portugais. Le mot cachalot ne fait pas référence à la grosse tête du cachalot, n'en déplaise à Coromines, mais au fait que le cachalot a des dents et non des fanons.

En gascon, il existe le verbe "arbarotar" et le substantif associé "arbaròt". Je pense que ce verbe "arbarotar"  dérive d'"abalotar", probablement via un plus ancien et hypothétique "*arbalotar", par fausse construction employant  la particule prosthétique d'insistance gasconne ar- , de la même façon qu' "arturar" derive d''"aturar", "argüeitar" d'"agüeitar", "arcuélher" d'"acuélher", "arténher" d'"aténher" etc, etc. Ce procédé, typique du gascon, y est assez commun et ne sous-entend pas nécessairement de glissement sémantique, plutôt juste une variation morphologique allélique. Par exemple, la signification d'arturar n'est pas différente de celle d'aturar, ni celle d'arcuélher n'est différente de celle d'acuélher.  C'est la façon de dire qui change, pas nécessairement le sens.

Le mot gascon "arbaròt" ou son ancêtre hypothétique "*arbalòt" est très probablement à l'origine du mot de l'espagnol ancien "alborote" (confusion en espagnol de la prothèse gasconne ar- avec l'article arabe al), et donc d'alborotar et d'alboroto en espagnol contemporain.

C'est ainsi que j'explique cette persistance anormale du "t" intervocalique de "voluta" dans les mots gascons abalòt e abalotar, arbaròt e arbarotar, catalans avalot, avalotar (et leurs dérivés par substitution du préfixe esvalot, esvalotar) et, en espagnol, arboroto (anciennement arborote) et arborotar. Ce "t" intervocalique est d'origine gasconne et s'explique par ce processus de reconstruction populaire pour donner un correspondant masculin au mot gascon "abaluda" sous la forme d' "abalut". Ces mots "abalut";  "abaluda" et "baluda" sont strictement gascons et, dans mon hypothèse, "abalut" serait  bien l'ancêtre des mots catalans et espagnols  via les dérivés d'abalut  en -òt (abalòt, *arbalòt, arbaròt).  Avalot serait bien un gasconisme (abalòt en gascon) com le sont "arborotar" et "arborote" en espagnol. Tous ces mots dérivent du mot gascon abalut via abalòt et abalotar ou leurs dérivés "préfixés" en ar-.

A l'origine, la signification générale du mot gascon "baluda" var. "abaluda", var. "abalut" était l'enroulement (lat. voluta, cf. français volute) puis  "qui assemble ou fait corps en s'enroulant". Ce mot "baluda" s'applicait en particulier au câble qui s'enroulait autour la perche du paysan pour la fixer à son char. Le char et son câble ayant disparu, seule est restée la perche, et le mot a cessé de désigner le câble  pour désigner la perche elle-même (cf. dans Palay balude, abalude, abalùt). Le concept de l'enroulement a alors été perdu par la langue contemporaine. Toutefois la désignation ancienne du mot baluda s'appliquait bien au câble qu'on enroulait et non à la perche (cf. FEW vol 23 p. 66, câble, balude).   Appliquée à la foule, le mot, sous sa variante en -òt, est venu à désigner  un attroupement, un mouvement convergent de différentes troupes s'assemblant en un point pour n'en faire qu'une  (c'est la défintion du mot gasc. "abalòt", s.m.,  donnée par Palay) puis, par extension, a désigné le phénomène lui-même à l'origine de ces mouvements, c'est-à-dire une une émeute  (c'est le sens donné au mot cat. "avalot",  au gasc. "arbaròt" et à l'esp. "alboroto"). Au 14 eme siècle en Espagne, précisemment en 1391, le point de ralliement de l'"abalòt" c'était le "call", la rue où vivaient les Juifs. Là les maisons juives étaient incendiées et des pauvres gens délogés et massacrés parce que supposés coupables d"être responsables de l'épidémie de peste noire et du malheur des Chrétiens.  Trois cents Juifs furent massacrés lors d'un "avalot" contre le call de Barcelone en août 1391. Cette même année, de nombreux calls furent anéantis en Catalogne comme dans le reste de l'Espagne.

Voilà un nouvel exemple montrant que les mots ne s'arrêtent pas aux frontières décidées arbitrairement par la géopolitique ou par les linguistes. Ils diffusent d'un point à l'autre à l'intérieur de la Romania, faisant même parfois des allers-retours  comme on l'a déjà vu avec le mot breton morc'hast var. morc'hach (requin, squale lit. chienne de mer) passé en roman (gallo) sous la forme (la) marache -  >  en gascon lanusquet;  (le) marrashe (s.f.) -   > esp. ancien  (el) marraxo (s.m., à cause de la forme de l'article "le" du gascon lanusquet confondu avec un article masculin); - > esp. (el) marrajo  (x (sh) - > jota à partir du 17eme s.);  astur-leonais et galaico.-port. (el/o) marracho; cat. (el) marraix, euskara marratxo. L'espagnol marrajo a redonné en catalan  marraco (monstre effrayant les enfants), oc. marraco; tandis que le mot espagnol la marraja ( en fr. la rusée en mauvaise part, la perfide) a donné en gascon la marraca (toile d'araignée). Le mot a donc fait un voyage aller-retour entre Gascogne et Espagne.

Ce qu'il faut retenir, je crois, c'est que les mots n'ont pas vraiment de nationalité. Par contre,  ils ont une utilité et quand ils plaisent, ils diffusent grace aux gents qui ont une certaine compétence linguistique  (du fait de leur migration, du contact commercial ou qu'ils vivent en zones plurilingues) et qui les utilisent. Au fur et à mesure du voyage et du temps, le sens peut évoluer. De la signification initiale de squale en breton, gallo et en gascon  on passe à celles de squale et de perfide en espagnol (marrajo -a) et de celle de requin ou perfide on passe à celle de monstre qui fait peur aux enfants en catalan (marraco) et à celle de toile d'araignée en gascon (marraca cf. Palay, marraque). De squale à toile d'araignée, le chemin sémantique semble improbable et pourtant, il est bien là.

dissabte, 24 d’agost de 2019

Quaranta per cent.

Lejut çò qui sec a la wikipedia occitana a la paja "jornalet":

"Un sondatge recent publicat en jornau datat deth 23 de abriu de 2015 indiquèc que 40 per cent des lectors deth jornalet responeren positivaments en contribuir financiaraments ath micromecenatge demanat peth jornau. Son 76 sumadors segon çò que revele era planta web totSuma que aplegue aguesta operacion de micromecenatge."

Los qui responón positivament au microcenenatge qu'èran setanta sheis segon la planta web totSuma. Se lo sondatge publicat peu quiti Jornalet ei hidable en indicar que 40%  du lectorat deu jornalet b'èran contributors, n'ei pas complicat de dedusir lo nombre de lectors qui lo jornau compdava au moment deu sondatge. Cent quate vint. Qu'espèri que son mei uei lo dia. M'an arreprochat d'aver publicat aquestas chifras; totun, non las ei pas inventadas jo, que son publicas. Lo jornau que revendica un milierat de lectors. B'ei possible lo sondatge deu Jornalet ne sia pas hidable, a la fèita fin.  Ua gran proporcion de non-contributors que pogón estimà's mei d'evitar de participar au sondatge per ua rason o ua auta, ço qui podó miar tà ua susestimacion deu percentatge deus contributors.


A l'ora que i escrivi aquestas linhas, lo site deu Jornalet n'ei pas mei accessible...Qu'espèri ne sia pas sonque un entrabuc informatic qui ne durarà pas. Que desiri lo Jornalet que visca, que torne en bona santat. B'ei vertat, ne soi pas estat sovent d'acòrd dab la linha editoriau deu Jornau, excessivament occitanista e ben pòc avisada deu men punt de vista. A mei, que m'an censurat permanentament despuish temps per las meas ideas, mès aquò rai! Que'm poish exprimir au men blòg personau e qu'ac hèi a plàser. Lo Jornalet qu'a lo dret d'existir e de dehéner las ideas qui son lors. Quant a la censura, que muisha au còp ua etica flaca e que non son pro segurs d'eths medish e qu'an paur a la contradiccion. Aquò rai. Que torne lo Jornalet!

divendres, 23 d’agost de 2019

"Viéner" derivat de "vier", "vier" derivat de "vir", "vir" fòrma gascona de "venir".

En un pòst passat, Bruno que'ns hasó remarcar Manciet qu'emplegava la fòrma "viéner" qui ei la fòrma tipicament biarnesa deu vèrbe, en plaça de vir. Aquesta darrèra fòrma, enqüèra que hòrt anciana, n'ei pas guaire comprensibla en dehòra deu maine gascon. L'analisi cronologica deus tèxtes en gascon medievau  qui ns'amuisha la fòrma vier qu'ei mei anciana non pas viéner, çò qui'ns suggereish viéner que deriva de vier e non l'invèrse.

De fèit, las tres fòrmas mei ancianas deu vèrbe en gascon escriut  qu'includeishen "venir" (venir/ benir ca 1220, uei extint; EDIT: non pas totafèt, enqüèra emplegat aus limits setentrionaus deu maine cf. lo comentari de Gaby) e la soa varianta gascona plan regulara vir/bir  (1278, enqüèra viva). Ua caracteristica de "venir", "vir" qu'èra de formar un participi passat en "bencut" (Baiona, 1170) o  "vincud" (Baiona, 1215) (vengut e vingut en oc e cat contemporanèus). Aquesta terminason en -ut qu'ei tipica des vèrbes en -er, çò qui degó miar de vir tà vier per cambiament de grop. Aquesta darrèra fòrma de l'infinitu qu'ei d'atestacion la mei anciana en gascon (1215, Baiona) e  au sègle 13 qu'èra espandida per Biarn com enlòc mei. Que la trobam atau aus Fòrs de Morlaas (1220)  enqüèra aus Fòrs d'Ossau (1267). La fòrma tipicament biarnesa deu mot  dab n "biene" (viéner) qu'ei d'atestacion mei recenta (1330), o sia que "viéner" poiré derivar de "vier" per mala "correccion". Los gascons de l'atge mejan qu'èran acostumats a corregí's, qu'escrivèvan "far" o "fer" (segon los parlars) e "una" (jamei ua), per exemple. Que podem imaginar qu'aquesta correccion de vier en viéner estó suggerida o influenciada peu romanç parlat a la Navarra deu sud (cf. "viene", de "venir"). Lo gascon, estant la lenga administrativa e culta de la Navarra deu Nòrd,  qu'èra lenga co-oficiau au Regne de Navarra, e, de fèit, en interaccion diasistemica dab lo romanç navarrés com ac amuishan los tèxtes juridics e la correspondéncia reau conservats aus Archius Generaus deu Regne de Navarra a Pampalona.  "Vier" e "vir" que son fòrmas hèra escuras per un non-gascon, chic o briga comprensiblas en dehòra deu son maine. Au contra, viéner qu'ei limpid. Véner qu'a ua auta significacion en gascon, que correspon a l'espanhòu vender, francés vendre. La fòrma viéner com a substitut a vier que hasè sens.

En gascon landés, l'abat Foix que balha tres fòrmas peu noste mot: biene (viéner) qui ei la fòrma balhada com a referenciau -supausadament  pr'amor qu'ei la fòrma literària biarnesa, autanplan emplegada en Shalòssa-, la varianta bìne (víner)  e bi /vir ,aquesta darrèra fòrma estant la mei ancianament atestada de las tres e regularament derivada de venir. Totun l'absencia de n en vir que hè lo mot  pòc intelligible peus occitans non avisats. O sia n'ei pas impossible que Manciet e causisse la fòrma viéner en plaça de vir per rasons de mei bona compreneson. En fèit, lo mistèri que demora quant a saber quina fòrma estó emplegada per  Manciet en son manuscrit. Que seré interessant de poder consultà'u.

EDIT. Legetz lo comentari hòrt interessant de Gaby. La fòrma venir n'ei pas complètament extinta de cap a Bordèu. E que i existeish la fòrma vèner qui sembla derivar de venir per cambiament de grop (pp vingut). Qu'an tanben víer. L'accentuacion n'estant pas marcada en grafia medievau, ne la podem pas definir entau mot ancian. En aranés, lo vèrbe vier qu'ei conservat, en concurréncia dab vénguer.

Honts: DAG Fasc. 12  §1615 p. 914 Niemeyer 2009

dimarts, 20 d’agost de 2019

Impostura lingüistica: complement tau pòst passat.

Au pòst passat, que i denonciavi l'impostura lingüistica qui consistiva a corregir mots o l'accentuacion de las fòrmas verbaus com si estossen fautivas o incorrèctas per la simpla rason que non cabèn pas pro plan au motle de l'occitan (lengadocian) ni au motle biarnés. Que calè a tot hòrt "occitanizar" (o "bearnizar") lo tèxte gascon. Qu'ei lo cas, per exemple, dab las correccions de las fòrmas verbaus rizotonicas deus Condes d'Arnaudin "metuts en grafia classica e espurgats deus gallicismes màgers per Patric Guilhemjoan" (Per Noste, 2005) on i trobam: "que vòu véder se vos i prenetz de'u vòst cap avant".. (p. 39).  anatz-i véder se voletz (p. 53) etc ...en plaça de "...se vos i  prénetz de'u..."etc; "...se vòletz".   Que tròbi lamentable que la transcripcion grafica e sia un pretèxte entà deformar la lenga de l'autor. Que poderí compréner qu'un tèxte escriut en gascon nègue estosse virat tà ua auta modalitat gascona, aranés o biarnés, dab ua finalitat pedagogica, perqué non, mès se n'ei pas lo cas, respectar lo tèxte de l'autor que cau. "Prénetz" e "vòletz" ne son pas briga gallicismes ni incorreccions, puish que son las fòrmas plan normaus en gascon lanusquet. N'i a pas nada rason per cambiar-las en "prenetz" e "voletz".  Totun que m'estau dab un dobte: e serà ua volontat deliberada d'omogeneizacion linguistica o simplament ignorància? Errors involontàrias o correccions conscientas? Lo "Manuel de Conjugaison Gasconne de Grosclaude-Nariòo, PN" que compara las conjugasons en un hèish de parlars, lo d'Arnaudin inclús.  Ailàs, las fòrmas rizotonicas en question que i son absentas, abusivament corregidas en fòrmas "bearnesas", en tot cas au men exemplar que data un chic, ne sèi pas se estón rectificadas a las reedicions mei recentas. Ne crei pas que s'agesca d'ua correccion deliberada, aquiu. Meilèu ua error.  La "grammaire gasconne du parler de la Grande-Lande et du Born" de R. Lassalle n'existiva pas enqüèra, urosament que l'avem uei lo dia. L'error n'ei pas mei perdonabla.

Lo quite gascon de Camelat que sufrí correccions d'aqueth escantilh en aquesta transcripcion deu poèma Belina (Beline), pareishuda en 1962, qui'n hasó lo praube Pèir Bèc  Au demiei de las "correccions" aportadas peu Pèir Bèc, qu'èi notat "Jan" que vad "Joan" e "adishatz" que vad"adiu-siatz", duas modificacions plan inutilas qui pausan trabucs a la fonetica deu poèma. Mei grèus que son las correccions de las accentuacions de las fòrmas verbaus de la 5au persona de l'indicatiu deu vèrbes en -er, injustificadas deu men punt de vista.
Per exemple, Pèir Bèc que preten har escríver a Camelat:
(canta 1 v. 460) "Cercatz se vedètz a lusir..."
Aquesta transcripcion n'ei pas acceptabla pr'amor en gascon de Camelat, "vedètz" n'ei pas sonque la fòrma 5au persona deu preterit de l'indicatiu deu vèrbe "vedar" e ne's pòt pas substituír a "vedetz" deu present de l'indicatiu deu vèrbe "véder'. La frasa de Camelat qu'ei plan "Cercatz se vedetz a lusir...".

Aqueste exemple de "correccion" inacceptabla n'ei pas isolat, que'n trobam un hèish d'auts:
(canta 1 v. 491) Se gai l'avètz no'vs càdia lo denon
(canta2  v 193) Oc (sic), que'n pugi, sabètz
(canta 2 v. 196) Sus setanta nau ans que mingi crostas, tiètz
etc, etc.

Totun dab "ça-vietz" , Bèc que s'oblidè de (mau)corregir l'accentuacion. Tant de bon!!!


Segur que "podètz", "avètz" que son  fòrmas mei occitanas quan podetz, avetz e son fòrmas mei gasconas. Totun, pas sonque aquestas darrèras fòrmas que son las emplegadas per Camelat. Que son plan normaus, que corresponen plan a la conjugason deu gascon normat segon Bianchi et al.  N'an pas a estar corregidas peu transcriptor, en nat cas. Aprofitar de la transcripcion entà "corregir"  l'òbra poetica qu'ei ua impostura inacceptabla. Las errors de Bèc qu'èran d'aulhors tan nombrosas que las edicions Reclams decidín d'encargar  l'Eric Gonzales d'ac tornar repréner tot entà ua edicion navèra, çò qui l'escrivan bearnés, acostumat a l'òbra e l'estile de Camelat, e hasó dab lo talent qui'u coneishem. Alavetz, dab la transcripcion de l'Eric, pas mei de "Joan", "adiu-siatz" senon plan Jan, adishatz etc  e las fòrmas verbaus corrèctas qu'estón restauradas: vedetz, avetz, sabetz, tietz com ac preved lo tèxte de Camelat. Totun, que m'auré agradat de véder figurada la version originau de Camelat (en grafia de l'autor) e non pas sonque la transcripcion en grafia alibertina, que tròbi aquò tostemps utile en poesia pr'amor , com ac podetz véder, las transcripcions ne son pas tostemps hidablas e jo que m'estimi mei de léger la version originau, la de l'autor, per criticabla o imperfèita que'n posca semblar. Que m'estimi mei lo gost a çò d'autentic, que non lo a las còpias supausadament melhoradas. Qu'ei vertat la transcripcion que pòt ajudar a la compreneson, totun la cau pas substituí-s a la version grafica originau, la de l'autor, deu men punt de vista. Ajustar-la, d'acòrd, totun shens remplaçar-la.

diumenge, 18 d’agost de 2019

Impostura lingüistica e Bernat Manciet.

En tornar léger la trilogia mancietina, non poish pas deishar de pensar qu'avem ahar aquiu dab ua impostura linguistica. Que'm refereishi a la fòrma grafica o mei precisament a l'ortografia deu tèxte.  Totun ne sèi pas si serà sonque ua transcripcion impausada fautiva o shens qu'aquerò, ua volentat deliberada de l'autor. Que seré plan de poder léger los manuscrits de l'autor, de s'avisar quin ac arreglava tot.  Que supausi lo son tèxte qu'estó corregit, "transpausat"o "transcrit", o m'engani? Que seré plan qu'aquesta trilogia estosse reeditada en ua version dab ua ortografia mei respectuosa de la lenga maritima, particularament (totun shens que) per çò qui tanh a l'accentuacion de las fòrmas verbaus. La grafia emplegada aquiu qu'escarraunha au còp la lenga de l'autor e las aurelhas deu lector, ce dic jo. Vertat la mòda de l'epòca qu'èra de voler "occitanizà'c" tot a tot hòrt au despens de l'autenticitat de la lenga. Qu'èra com hòrt vergonhós d'escríver, pausats per cas, "vòlem", "entínem"  o "dídem" o  quitament càntitz  transformat a còps en un "cantitz" impossible o extraterrèstre, pr'amor aqueras fòrmas ne cabèn pas pro au motle supausat de l'occitan. Que no'm vengatz pas a díser aquestas correccions impausadas b'èran entà facilitar l'intercompreneson! Que non, dídem n'ei pas mensh comprensible que didem, ja vedetz plan que non. Las correccions aquestas n'i èran pas sonque entà sajar de har lo tèxte mei "occitan" o sia, mei presentable d'un punt de vista occitanista.  E aquiu que i ei plan, l'impostura lingüistica, shens nat dobte l'illustracion d'ua vergonha lamentablament tipica d'ua epòca urosament acabada.

dilluns, 12 d’agost de 2019

Un African mestissat.

En "occitan" deu Jornalet, un African mestissat que's ditz...un african ibrida (sic). A cadun lo son "condrechador" (corrector, qué), fin finala.

dimecres, 7 d’agost de 2019

Amor, amor!

 Amour! Que s'a afirmat lo mot francés "amour" qu'ei un prèst de l'occitan. Aquesta credença, dautescòps hòrt espandida peu mitan occitanista,  n'ei pas fondada. En efèit, la fòrma deu mot en occitan medievau qu'èra plan "amor" en conformitat dab lo mot en latin mentre l'atestacion mei anciana deu mot en romanç d'oil n'ac estó pas devath la fòrma "amor"  se non precisament "amur"(Juraments d'Estrasborg, 842). Las originas deu mot "amour" que poderén remontar tà la fòrma "amur" en òil. De fèit, la fòrma modèrna deu mot "amour" qu'èra dejà atestada en tèxtes juridics medievaus (debut deu sègle 13: "terre en amour" cf.  CNRTL),  quan la fòrma en poetica b'èra enqüèra "amor", un arcaïsme grafic en lenga d'oil, demorada a la mòda possiblament per influéncia de la scripta deus trobadors o mei probablament per pression deu latin eclesiastic.  Lo mot de lenga d'òil "amour" que derivè mei probablament de la fòrma d'òil "amur" ja atestada  au sègle 9, que non de la fòrma occitana "amor" deu sègle 12. De la medisha manèira, que podem remarcar la lenga d'òil anciana que balançava enter las fòrmas "por" e "pur" (derivadas deu "pro" latin), deus quaus ei gessida la fòrma "pour" tau com la coneishem uei lo dia. Aquesta manèira de prononciar lo mot "pour" en francés  non deu pas arren au gascon ni a l'occitan, de segur. Egau entau mot amour.

Que'm diseràn totòm n'ei pas d'acòrd sus la classificacion o la natura deu romanç emplegat en aqueths "Juraments". N'i a qui disen que los juraments e son redigits en occitan pr'amor los mots emplegats que i soan mei occitans non pas francés. Los qui pensan atau que s'enganan sus la conclusion. Lo tèxte aqueste non pòt estar considerat com a occitan per mei d'ua rason. Que'n mentaverèi sonque duas, enqüèra que n'i a d'autas mei. L'emplec sistematic deus pronoms subjèctes, notader en aquestes juraments, qu'ei un tret influenciat peu francic e qu'ei tipic de la lenga d'òil. L'occitan n'ac hè pas atau. A mèi, au mot latin "causa", conservat atau en gascon e en occitan, que correspon en romanç deus Juraments lo mot "cosa", dab reduccion de la diftong. Aquesta evolucion fonetica qu'ei tipica de la lenga d'òil , non la trobam pas en lenga d'òc (chose en francés, causa en gascon e occitan). Dongas, lo tèxte deus Juraments qu'ei plan redigit en lenga d'òil e se los mots soan d'òc qu'ei simplament pr'amor l'òil de l'epòca, arcaïc, que s'assemblava mei a l'occitan o au gascon non pas l'òil d'uei.

La fòrma "amour" que vadó probablament locaument au domeni d'òil e que's degó difusir deu nòrd-est cap  a l'oèst e au sud  enlà dinc a generalizà's en òil , en arpitan e en occitan. En dialèctes d'òil, "amour" que remplacè la fòrma populara,  mei regulara foneticament, "ameur" mentre qu'en gascon amou que i remplaçè la fòrma "amo(r)". Que sabem en gascon la prononciacion de l'o tonica en /u/ qu'ei ua mòda qui triguè hòrt de temps entà generalizà's. En catalan contemporanèu, aquesta mòda n'afecta pas sonque la varietat mei septentrionau d'aquesta lenga shens a penas passar  la  frontièra ispanofrancesa. La nòrma barcelonesa que n'estanquè l'espandiment mes enlà. Quant au gascon, la scripta biarnesa de Saleta (dusau mieitat deu sègle 16)  puish la de Fondeville (sègle 17) qu' amuishan la prononciacion  /u/ entà la o tancada tonica n'èra pas enqüèra generau en gascon meridionau per aqueras epòcas mentre qu'ac èra dejà en gascon septentrionau se'n credem la scipta deus poètas gascons barròcs. Que podem notar ua progression deu procès de tancament de /o/ cap a /u/ dependenta au còp de la cronologia e de la latitud.
Pausat com a exemple, Salette qu'escrigó au sègle 16: "los omis hon touts sauvats" Notatz la grafia "touts" versus "los" e "hon".  Los mots "los" e "hon" que guardavan lo son o /o/ au contra de "tots" grafiat clarament "touts".
Dab Fondeville au sègle 17 la frasa que vad: "lous omis hon touts sauvats" Notatz: "lous" a mei de touts, mes enqüèra "hon". Que podem notar lo procès de tancament /o/ cap a /u/ qu'ei a evoluar, a generalizà's, totun aquesta evolucion n'èra pas acabada en biarnés a l'epòca de Fondeville.
Uei lo dia que seré: lous omis qu'estoun (que houn) touts sauvats. (ved. lo tèxte de Y. Lafitte publicat peu CNRS).
Lo nadalet en  gascon de Frade, escriut en gràfia derivada de la catalana e conservat aus archius de la bibliotèca de la vila de Ripoll,  que'nse suggereish qu'en coseranés deu sègle 17 las duas prononciacions /o/ e /u/ que i coexistivan a la posicion tonica. Com la deus autors de psaumes biarnés, aquesta gràfia que permet ua distincion clara enter /o/ e /u/. Que i trobam, per exemple "sol", "nos" de l'un costat e tut (= tot en grafia alibertina e tout en grafia IBG),  ju (= jo e jou) de l'aute. D'acòrd, ua imprecision o error lingüistica de Frade, qui vivè a Manresa en Catalonha, n'ei pas descartadera aquiu. En tot cas, la grafia biarnesa de l'epòca que ns'indica clarament lo procès de l'evolution fonetica de  /o/ cap a /u/ a la posicion tonica n'i èra pas acabada au sud deu domeni gascon. Au nòrd, per contra, que n'i èra dejà.

La prononciacion mei anciana deu mot "amor" en gascon e en catalan qu'èra probablament /ə'mo/,  que la trobam conservada  atau en catalan balear enqüèra uei lo dia mentre qu'ei vaduda /a'mu/ en gascon occidentau contemporanèu. Que s'està la possibilitat de que los trobadors prononcièssen amor /a'mo/   en conformitat dab la  lor grafia e la r finau muda com "amor" en gascon, e com n'ei en occitan la r finau de senhor, flor, color etc.... Uei lo dia la r finau deu mot occitan amour qu'ei vaduda sensibla... com  "amour" en francés.  La comparason dab senhor, flor, color etc que ns'indica aquesta faiçon de prononciar lo mot "amor"  n'ei pas naturau en occitan.