dimecres, 7 de novembre de 2018

Etimologia de lugran.

Lugran (EGF: lugrâ), lo mot que pòt significar 1- astre, Vénus, estela deu matin e mei generaument estela (ALG mapa 1042 ) 2- lutz de vèrmi e 3-uelh en gascon.  Lugranhet (petit lugran) qu'ei tanben emplegat entà designar lo vèrmi de lutz. Un sinonime en gascon de lugran qu'ei lugar (lugà).   En occitan non gascon, qu'ei meilèu lugarn. Aquestes mots dab aquestas valors astronomicas  que son unicament gascons e occitans, no's tròban pas aulhors per la Romania. En Domergue Sumien qu'afirma l'etimologia deu mot qu'ei plan coneguda e que seré lo latin 'lūcanūs'.   Qu'afirma la fòrma estandard deu mot en occitan qu'auré d'estar lugar (escrivut atau), totun en bèth arreconèisher la filiacion lūcanūs -lugar qu'ei hòrt complicada, pro aberranta. Lo Sr Sumien que s'opausa clarament a l'adopcion de la fòrma "lugarn",  per tant  la recomandada per l'Acadèmia occitana e peu Congrès en occitan non-gascon, detalh esconut peu Sr Sumien qui s'acontenta d'espudir lo mot dab la marca infamanta de * (lugarn*),  en un reflèxe anti-nòrma pro sabotaire.

Jo ne soi pas briga consent dab cap de las conclusions deu Sr Sumien. Prumèr,  la causida de la fòrma "lugarn" que'm sembla plan la bona en occitan mentre qu'ei "lugran" en gascon. Que i tornarèi.  Dusau,  tanpòc soi complètament d'acòrd dab l'ipotèsi etimologica prepausada per aquest ensenhaire. Lo mot latin "lūcanūs" n'explica pas la 'r' de lugar(n) e lugran. D'aulhors, Wartburg que prepausa l'etimon latin lŭcerna entà explicar lo vèrbe enlugarnà associat a lugarn  (ved. lŭcerna FEW 5 443), que non lūcanūs  L'afirmacion peremptòria de Sumien segon laquau l'etimologia de lugarn ei plan coneguda gràcias a Wartburg n'ei pas briga prudenta. En efèit, las proposicions de Wartburg que son incoherentas enter si: a còps lūcanūs, a còps lŭcerna, a còps *lūcor. Wartburg ne sabè pas tròp on se calè pausà's.  L'ipotèsi de Wartburg  prepausant  "lŭcerna" entà explicar "lugarn" n'ei pas mei credibla que la de lūcanūs adoptada peu Sr Sumien pr'amor la seguida 'ce' latina non balharé pas 'ga' en romanç. D'aulhors, los mots lucèrna e lusèrna qu'existeishen plan en occitan. Lucèrna n'ei pas lugarn.  La vertat: la responsa a la question de l'etimon de lugarn e de lugran, ne la trobaratz pas au FEW.

Alavetz, entà explicar lo mot occitan lugarn, que cau mentàver ua pista etimologica, preromanica aquesta, hòrt mei seriosa, qui lo Sr Sumien ignòra complètament, çò qui confirma l'ensenhaire provençau, sociolingüista de formacion, n'ei pas tròp competent en filologia. E, un còp de mei, que s'exprimeish peremptòriament sus ua question shens tròp saber de qué parla ni shens aver trop tribalhat l'ahar.  En efèit, qu'existeish ua familha de mots celtics hòrt semblants au mot occitan "lugarn" qui son en breton: 'lugern'; en cornic: 'lugern', en guallés: 'llugorn'; en irlandés ancian: 'lócharn' e en irlandés modèrne: 'lóchrann' (ved. Le lexique étymologique du breton moderne, Victor Henry, 1900, adreça 'lugern', consultable en linha. Las fòrmas corrèctas deus mots irlandés que son las qui vs'indiqui ací).  La significacion de tots aqueths mots en las lengas celticas insularas qu'ei "lum qui brilha", "candèla", "lampa" mentre  en breton lo mot que significa çò de brilhant, çò qui luseish, ço de luminós. La relacion dab "lugarn" qu'ei dongas... luminosa.  Lavetz l'origina deu mot occitan  "lugarn"  qu'ei a l'evidéncia celtica, un mot galés qui jo dedusi com estant *lukarnon (s.n.) o *lukornon (s.n.), l'equivalent celtic de lucerna e un descendant d'un mot protoceltic  qu' Alan Ward supausa *leukornon (s.n.) (lum, lanterna, lampa) in  A Proto-Celtic Lexical Items. editat en 1982, revisat en 1996, consultable en linha: https://fr.scribd.com/doc/20623905/A-Checklist-of-Proto-Celtic-Lexical-Items. Lo quite Alan Ward que senhala de manèira totafèt explicita  lo mot occitan "lugarn" com a descendent deu son  protoceltic  *leukornon. Que s'i tròba en companhia deu mot breton "lugern" e deus sons companhs celtics dejà mentavuts.  Jo que soi convençut lo mot francés "lucarne" (en francés ancian, aqueste mot lucarne qu'èra anticament sinonime de luiserne = flambeau, lampe, lanterne cf. dic. Godefroy) que comparteish exactament la medisha origina que l'occitan "lugarn" (galés *lukarnon o *lukornon  (s.n.)  - > (proto)galloromanç *lukarnu -> fr. lucarne (s.f.),  òc lugarn (s.m.). La significacion de hiestron, bujau qu'a lo mot lucarne en la lenga modèrna qu'ei probablament per confusion dab l'etimon lucanu (la lutz de l'auba)  qui ei emplegat tà designar un bujau o un hiestron qui dèisha passar la lutz.

Aqueste mot lucanus-a , que l'arretrobam en francés ancian devath las fòrmas 'lugane' et 'luhane' (Dic. Godefroy). Totun, lo mot n'i a pas nada significacion astrologica, que significa sonque "lutz" (fr. lumière) o lutz de l'auba. En gascon tanben, que trobam lo mot "lucanet" qui significa "petite lucarne, oeil de boeuf" (Palay). Notatz la conservacion de la shorda intervocalica c en aqueste mot lucanet, com la conservacion de la n intervocalica, aqueste darrèr tret qu'ei probablament lo  resultat d'ua correccion en gascon.  De la medisha manèira, lo catalan ribagorçan e haut-pallarés qu'a "llucana"  cf. l'Alcover-Moll. La toponomia d'aqueths parçans catalans que va dab lo (proto-)gascon en particular per çò qui tanh a la n intervocalica. Uei lo dia, que va dab lo catalan, qu'ei a díser la n qu'ei plan restaurada de manèira regular e generau. La definicion e l'etimologia de llucana que'nse son balhadas peu D.C.V.B.:

1. Finestreta coberta de lloses, que sobressurt damunt el llosat d'una casa i serveix per a donar pas des de l'interior a dalt el llosat i per a il·luminació de les golfes (Ribagorça, Alt Pallars); cast. buhardilla. 
|| 2. Forat que es fa al voltant de la carbonera per donar-li respirall o per fer anar el foc cap avall (Pont de S.).
    Fon.: 
ʎukána (Pont de S., Esterri d'À.); ʎukánɛ (Sort).
    Etim.: 
sembla provenir del llatí lūcāna, ‘llum de l'alba’; és estranya la conservació de la sorda intervocàlica


En efèit, la conservacion de la shorda intervocalica aus mots lucanet e llucana que poiré har dobtar l'etimon que sia plan lo latin lucanu. D'aulhors, lo  (gran) diccionari de la llengua catalana que'nse  prepausa ua auta etimologia en suggerir ua relacion filogenetica de llucana dab lo vèrbe catalan "llucar" (= mirar, talaiar). Aqueste vèrbe 'llucar' qu'ei tanben gascon e occitan: lucar = argüeitar, talajar, mirar d'amagat; autanplan en francés a. fr. luquer, fr. reluquer. L'etimon de llucar etc qu'ei deu neerlandés mejan (loeken= argëitar, talajar, mirar d'amagat), lo mot romanic qu'ei probablament picard o wallon d'origina (cf. FEW: reluquer, loeken). Qu'arribè en català pro tardivament (prumèra atestacionau sègle 19), probablament per difusion via l'occitan o lo gascon.  Totun, se consideram l'adjectiu catalan (dialectau cf. D.C.V.B.)   llucà, llucana qui significa qui triga tà viéner, tardiu- iva e l'expression   a la llucana, qu'ei a diser tardivament (lit. a las aubetas),  non podem pas dobtar  que l'origina d'aqueth mot llucana sia plan 'lucanu', que non 'loeken'. La conservacion de la shorda n'ei pas reaument ua excepcion filologica per aqueths parçans. Qu'ei meilèu un un tret fonetic deu romanç  pirenenc (gascon pirenenc, aragonés e catalan ribagorçano-palharés) qui podem observar dab mots com, per exemple,  pesuca (femenin de pesuc), horucar en gascon, foruca (cova) en catalan nòrd-occidentau.

Que'ns trobam dongas dab dus etimons principaus. L'un qu'ei latin d'origina: lucanu, que designa la lutz de l'auba. Que's hè servir tà designar los hiestrons o bujaus  qui dèishan passar la lutz. La valor astronomica d'aquest etimon en romanç qu'ei pro rara, en realitat. L'aute qu'ei celtic d'origina: lukornon o lukarnon, en proto-romanç lucarnu, qui balhè lugarn. Lo mot celtic qu'avè haut o baish la significacion deu latin lucerna: lum, lampa, lanterna e, per extension, que s'a galhat la facultat de designar las estèlas, los astres e lo vermi de lutz. Lucanu e lucarnu, que comprenem plan los dus etimons que's pogón con.hóner l'un dab l'aute, d'aqui la significacion de Vènus (estela de l'auba) com la de hiestron, bujau  associadas a lucarnu (cf. fr. lucarne).

La fonetica deu mot gascon lugrân (qui el fòrma majoritària deu mot en gascon segon la mapa  ALG 1012) qu'ei interessanta pr'amor la n finau qu'ei velara e non dentau (lugrâ, dim. lugranhet) çò qui n'ei pas briga çò de previsible en l'ipotèsi que lugran sia un simple derivat de lugarn per la metatèsi d'enlugarnat en enlugranat, o de lugarnejar en lugranejar etc. Autament dit,  la "n" velara de lugran n'ei pas explicada ni per lucarnu ni per lugarn ni per lugarnejar. Evidentament, que tornam pensar a l'etimon lūcanūs, qui, en gascon, podó balhar de manèira hòrt regulara "lugân" dab n velara.    La fòrma lugân (étoile) qu'ei plan atestada per la mapa 1042 de l'ALG, que concerneish ua petita zòna de Gironda. Lugân que pogó evoluar en lugrân per influx de enlugarnar, enlugranar; lugarnejar, lugranejar (de *lucarnu). Alternativament, lo mot gascon lugrân qu'auré a véder dab lo mot deu celtic ancian *lugra qui significa "lua" (cf. lexics de proto-celtic de Ward et de Matacevic), dont lo mot lugrâ e poiré representar un derivat romanizat :*lugranu. Aquesta darrèra ipotèsi n'ei pas tròp probabla,  l'etimon que seré pro isolat aquiu. Totun, l'ipotèsi aquesta n'ei pas totaument descartabla tanpòc, se consideram un aute mot  'baran' (lo baran de la lua, fr. halo, barann dab n dentau) qu'ei un aute mot tipicament gascon e  d'etimon escur, debatut, segurament pre-romanic segon Coromines, meilèu romanic segon Wartburg.

Adara, tornam-nos tà lugar e lugran. Que i a tanben lo mot bearnés lugar (lugà) (fòrma hèra minoritària, ne concerneish pas sonque lo punt 691 en Biarn segon ALG mapa 1012), sinonime de lugrân, e lo son derivat lugaron (lucarne, oeil de boeuf). Lugar que poiré derivar de lugân (< lucanu)  per derivacion verbau a partir de lugân -> luga(n)ar -> lugar. La significacion "lucarne" qu'a lugaron qu'ei tipica de l'etimon lucanu.

Dongas, lo Congrès e l'Acadèmia qu'an perfèitament rason en adoptar las fòrmas 'lugarn' en occitan aquesta fòrma qu'ei corrècta. Qu'ei un celtisme afin au mot breton "lugern" e au mot francés "lucarne" dab loquau comparteishen l'origina  (lukarnu en (proto)galloromanç, lukornon en galés). En gascon, lo mot lugran ne pòt pas  derivar  de lugarn per metatèsi, que vien probablament de lucanus (lugâ)  dab influx de lugarnejar - lugranejar (de lukarnu) o de l'oc lugarn. 

Enfin, entà clavar aqueste petit resumit etimologic, que cau mencionar lo mot lugor (EGF: lugoù, deu mot pseudolatin *lucor), deu quau lugar e poiré autanplan derivar per cambi d'afix com ac suggereishen los mots luguèr (soler provesit dab un un hiestron) e luguèra (bujau, hiestron), resultat d'un aute cambi d'afix a partir de lug(or/ar). 

En lòc de sajar a tota còsta de destrusir lo tribalh de normativizacion e d'estandardizacion de l'occitan a carga de l'Acadèmia e deu Congrès en suggerir fòrmas anti-nòrmas personaus, En Domergue Sumien que deuré har la promocion d'aqueras fòrmas quan son retiengudas au còp per las duas entitats regulatòrias. E que tribalhe un pòc mei los sons dossiers en plaça d'eméter un avís sabotaire autant mauhasent com pòc avisat! Estossi jo a la soa plaça,  que serí mòrt de vergonha !  De tota faiçon, en aqueth mestior de nòrma ortografica, çò qui ei important qu'ei lo consent enter las duas entitats regulatòrias, l'Acadèmia occitana e lo Congrès Permanent de La lenga Occitana, mei que non pas la justificacion etimologica. Que la causida finau sia arbitrària o non n'ei pas lo problèma. Quan ua causida ei acceptada au còp per las duas entitats, que vad la bona per principi. L'ipotèsi etimologica n'importa pas mei un còp la causida hèita. L'ortografia qu'ei hèita tà durar mentre las ipotèsis etimologicas que pòden cambiar de mòda tot dia. Que's pòden discutir las conclusions d'aqueras entitats regulatòrias, de segur, mès aplicar las soas decisions n'ei pas negociable, sequenon lo bordèl que continuarà shens fin. Dongas, que lo Sr Sumien contèste las conclusions de las duas entitats, aquò qu'ei un dret, cap de problèma. Mès escóner las conclusions de las duas entitats regulatòrias de l'occitan e substituir a la nòrma ua causida personau diferenta, anti-nòrma, qu'ei ua fauta grèu, quins que'n poscan estar los arguments etimologics e lo rasonament. Lo Sr Sumien n'a pas nada legitimitat, nat dret tà substitui's ad aqueras entitats entà cambiar la nòrma en occitan e introdusir lo bordèl. Criticar la nòrma, tant que volhatz, totun aplicar-la que cau.


D'acòrd, ne soi pas linguista, jo. N'èi pas jamèi pretenut està'n.  Mès aquò non m'empacha pas de perpensar e de me cultivar. E d'estar en posicion de poder ensenhar causas e balhar leçons a de gents diplomadas en linguistica quan ne son pas tròp saberudas com lo quite Sr Sumien. Vam! Lo Sr Sumien qu'ei enqüèra joen, que pòt enqüèra estudiar e apréner. Jo, qui soi mensh joen, qu'ac hèi enqüèra tot dia.

 Lo Peiroton, Bac + 46. :-D

diumenge, 4 de novembre de 2018

Pourquoi rèn plutôt que rangièr.

Un professeur de provençal bien connu, à défaut d'être un linguiste hors pair, a comme marotte de prétendre régenter la norme de l'occitan, alors, qu'a ma connaissance, personne ne lui confie cette mission, autre que lui-même. Comme exemple de ses propositions bizarres, il insiste pour remplacer le néologisme gascon "rèn" (renne en français) par le mot "rangièr", adapté pour la circonstance gasconne en "rangèr" et "rangèir" selon la wikipedia occitane. La raison avancée par ce professeur est que le mot "rèn" ressemble bien trop au mot français "renne", dont il dériverait. "Rangier" ferait plus occitan, d'ailleurs il est bien présent dans le dictionnaire de Mistral. Heureusement, personne ou presque ne l'a suivi dans cette voie. Je constate, en effet, que le "Congrès Permanent de La Lenga Occitana" a choisi la voie du bon sens en adoptant le mot "rèn" dans son Dicod'oc. Ce choix est aussi celui de l'Acadèmia occitana, les deux entités sont d'accord sur ce point. Point de rangier, rangièr etc. dans ces deux dictionnaires. 

La vérité est que "rangier" est un mot bien plus français que "rèn", ce dernier étant une adaptation gasconne du mot suédois "ren" (id.), comme le rappelle très justement Pèir Morà dans son dictionnaire "Tot en Gascon". L'autre mot "rangier" est un mot tout à fait français, ce que devait ignorer Mistral, le mot étant déjà tombé dans l'oubli en français de son époque. Mistral se basait sur une citation de Gaston Fébus, extrait de son Livre de Chasse que le comte de Foix avait rédigé entièrement en français à la fin des années 1380. Mistral, qui n'était pas linguiste et ne devait pas connaître ce mot "rangier", a du croire, à tort, que c'était un occitanisme qui s'était glissé dans le texte de Fébus, raison pour laquelle il a donné comme seule illustration d'un mot prétendument occitan, cette citation de Fébus rédigée en français: "le rangier est une beste semblable au cerf". En vérité, le mot est amplement attesté en ancien et moyen français. Sauf erreur de ma part, il n'est pas attesté en occitan, ni l'ancien, ni le moyen. Je ne l'ai trouvé ni chez Raynouard ni chez Levy. C'est bien un "francisme" que ce professeur de provençal, pourtant bien connu pour sa phobie des "francismes", a cherché à nous imposer en remplacement d'un mot scandinave adapté en gascon. Quelle ironie!

Ce "mot" rangièr a une phonétique très désagréable en gascon et serait prononçable de moultes façons en occitan, fort diverses selon les parlers naturels, ce qui n'est pas un bon point pour l'intercompréhension au sein du diasystème. Aucun gascon n'a d'ailleurs jamais adopté ce mot, il n'est mentionné dans aucun dictionnaire de gascon. Même en français, ce mot "rangier" sonne très laid, ce qui explique qu'il soit tombé en désuétude, ne survivant en français contemporain que dans le champ très restreint et très conservateur de l'Héraldique. En effet, dans l'usage commun du français moderne, le mot "rangier" a été chassé et remplacé par son synonyme plus récent "renne", bien plus agréable à prononcer et à entendre. La phonétique du mot gascon "rèn" est également bien plus agréable et moins sujette à variabilité dans le diasystème que ne le seraient celles de "rangièr" ou de ses versions fantaisistes prétendument gasconnes "rangèr" et "rangèir" (sic) . 

Entre le mot suédois "ren" adapté en gascon (rèn), pris à grand tort par notre professeur de provençal pour un "francisme", et un mot français "rangier" pris à grand tort par Mistral pour un mot occitan, je pense que le choix du CPLO et de l'Acadèmia a été judicieux. Mais encore eut-il fallu que notre enseignant de provençal s'en avisât au moment de faire sa proposition malheureuse. Comme quoi, que ce monsieur fasse ce genre de propositions basé sur une série d'erreurs - il en a tout à fait le droit, bien entendu et l'erreur est humaine - reste sans grande importance, le bon sens et la raison finissant toujours par l'emporter.

dilluns, 15 d’octubre de 2018

Morc'hast, marache, marrache, esp. marrajo, cat. marraix, etc. : synthèse

Un exemple très parlant de mot voyageur ayant passé par la "case gascon" est le mot gallo (la) "marache" qui résulte de la romanisation du syntagme breton "morc'hach", forme dialectale de "morc'hast" (lit.mer-chienne, en clair chienne de mer) signifiant toute sorte de squale, en particulier le requin bleu (Publication du linguiste brestois D. Le Bris). Ce syntagme breton a une structure très archaïque qui pourrait remonter au celtique ancien selon D. Le Bris. En tout cas, la forme romanisée du syntagme, ce mot marache, est passé du gallo au normand de l'Île St Michel au nord. Au sud, il a été adopté par toutes les langues de la péninsule ibérique via le mot du gascon negue (groupe de parlers gascons de la côte basque et landaise) "le marraisha" (ou "le marrache" selon le système graphique que l'on désire employer). En gascon, ce mot désigne la roussette, un petit squale. Attention, le mot est bien féminin en gascon, l'article du gascon "negue" "le" est bien l'équivalent du "la" français et espagnol, c'est le féminin de lo. Notez aussi les deux r, cette gémination ajoute une expressivité négative au mot en gascon. Je suppose que le mot gallo est d'abord passé par la case poitevin-saintongeais avant d'arriver en gascon où il a gagné en expressivité avec le doublement du r. En gascon, ce mot "marrache" est spécifique du lexique des parlers maritimes. Notre mot a continué sa route vers le sud, (le) "marrache" est devenu "(el) marraxo" en passant à l'espagnol (16eme siecle, x se prononçait sh, à peu près comme ch en français). Ce mot qui signifie "squale, requin" a évolué en "marrajo" au 17ème.

Vous noterez qu'en passant du gascon à l'espagnol, le mot a changé de genre. Cela est probablement du à la forme de l'article feminin "le" et la phonétique du gascon negue, la voyelle finale atone de "marrache" se prononçant entre le e et le o: œ. On observe le même résultat avec "le tournade" ou plutôt "le tornade" en gascon bayonnais, en gascon devenu "el tornado" en espagnol, on suppose généralement que c'est via l'anglais dans ce cas mais il me semble plus probable que ce soit directement du gascon à l' espagnol et de l'espagnol ou du gascon espagnolisé il serait passé à l'anglais. Il ne faut pas oublier que le gascon negue était aussi une langue d'Espagne parlée sur la côte basque entre Hendaye et Saint-Sébastien, et ce probablement depuis au moins le douzième siècle et jusqu'au début du 20 ème où il s'est finalement éteint à Pasaia au profit du basque et du castillan (Pasaia, en espagnol Pasajes, toponyme roman d'origine gascone: passadye =passage et plus spécialement port, ici celui des bateaux) avec la mort de dame Eduvigis Trecett en 1919.

Notre mot gallo gasconnisé puis espagnolisé s'est installé dans toutes les langues de la péninsule où il signifie "requin": marraxoa en basque, marrachu en cantabre et asturien, marracho en portugais, marraix en catalan. En catalan normé, le mot désigne spécifiquement le requin-taupe. Le mot espagnol marrajo (requin, squale) a donné un adjectif marrajo-marraja (rusé, perfide) et ce mot est passé une deuxième fois en catalan sous la forme adaptée marraco qui désigne une sorte de monstre malfaisant de la tradition populaire. Le mot a repassé la frontière dans l'autre sens, on retrouve ce mot marraco en occitan (non-gascon). En gascon, on le retrouve au feminin marraca, il désigne la toile d'araignée (cf. esp. marraja: rusée, perfide). Ce mot "mar(r)ache" n'est pas du lexique du français de France, mais il a été adopté en français du Québec, peuplé largement de colons venus de la côte ouest française, sous la forme maraîche (s.f. soit requin-taupe ou veau de mer, consultez la wiki à maraîche).

En conclusion, si le mot a voyagé et passé la frontière franco-espagnole à deux reprises, ce n'est pas du tout parce qu'il viendrait d'une langue dominante comme le français ou l'espagnol, mais bien parce qu'il est expressif et qu'il plait en tant que tel. En breton, il existe un autre syntagme très analogue pour désigner la grande roussette: 'morgui' c'est à dire lit. mer-chien, chien de mer. Au fond, c'est la forme masculine de morc'hast. Ce syntagme a également été romanisé en gallo, il est attesté en saintongeais de l'ile d'Oleron sous la forme mœrc, en fr. grande roussette, il est passé également en gascon maritime: mirc, attesté dès le 13eme siècle à Bayonne; en gascon contemporain: mirc et mirque (mirca) (Arcachon). Mais il n'est pas "descendu" au delà du Pays basque, celui-là. Il n'est pas aussi voyageur que mar(r) ache :-D. Il ne devait pas plaire autant.

dijous, 11 d’octubre de 2018

Cauerac, caishalòt:, fr. cachalot: sintèsi / synthèse (en francés).

Il est un animal dont les Gascons peuvent être fiers, c'est le cachalot. En effet, le gascon a deux mots pour dire cachalot.

Le premier est "cauerat" (cauerac, Bayonne, 1258, cauerat 14eme siècle). C' est le mot le plus ancien de toutes les langues romanes pour désigner cet animal. Il est d'ailleurs de formation gauloise, et non pas latine, contrairement à l'hypothèse émise par le DAG (Dictionnaire d'Ancien Gascon) qui suggèrait une dérivation deu mot latin "caput". Cauaru- en Gaulois signifie "géant, colosse" (le mot à son entrée dans dictionnaire de Gaulois de X. Delamarre). Cauaracu- est une forme affixée régulière de cauaru- (le suffixe -ac(u) est le même que celui des toponymes comme Mérignac, Blagnac, Aurillac etc). En Gaulois, cauaracos devait  signifier quelque chose du genre "gigantesque", "colossal". Notez que les parlers gascons, surtout les "negues" et et les garonnais, ont conservé une série de mots de formation gauloise analogue à celle de notre cauerat, pour désigner certaines espèces de poissons. Je pense en particulier à des poissons migrateurs frayant dans la Gironde ou la Garonne comme l'alose et l'esturgeon, respectivement "colac" et "creac" ou "creat", voir le FEW pour l'explication étymologique de ces mots. Le mot cauerat est généralement écrit caverat dans les dictionnaires de graphie alibertine, la légitimité de cette graphie est discutable compte-tenu de l'étymologie mais aussi et surtout de l'existence d'une autre forme du mot à seulement deux syllabes: caurat.  Cette évolution du mot en gascon rappelle le mot cornique cawr (géant) qui dérive de cauaros: en vieux cornique cawr-marc signifie chameau (lit. géant- cheval) (Dic. Delamarre).

L'autre mot pour dire cachalot est plus récent (17eme) et est... caishalòt (cachalòt). Ce mot est de formation proprement gasconne, il dérive de caishalut (ou cachalùt, selon votre choix graphique). C'est sous cette forme que ce mot désignant ce cétacé apparait pour la première fois (écrit: cachalut, 1628). Caishalut est un derivé affixé de caishau (molaire, dent), il correspond à notre mot "dentu". Lo caishalut (lou cachalut) veut donc dire littéralement "le dentu" "celui qui a des dents". Le fait d'avoir des dents distingue le cachalot des baleines à fanons. Le changement d'affixe (caishalut -> caishalòt) a du être provoqué ou facilité par l'environnement polyglotte des pêcheurs basques. En effet, ce mot est originaire du parler des pêcheurs de Saint Jean de Luz (ce parler gascon y est aujourd'hui éteint), or en basque et en espagnol, le suffixe -òt, bien plus courant en gascon que -ut, est reconnu et facilement adapté sous la forme -ote (toutefois à valeur augmentative en espagnol et en basque au lieu de diminutive en gascon), alors que -ut y pose un sérieux problème phonétique, le u gascon sonnant comme le u français, ce phonème n'existant pas en espagnol ni en basque à l'exception du souletin. Ce mot "caishalòt" a voyagé, il a connu un succès international. En plus du français, on le retrouve dans toutes les langues de la péninsule ibérique et aussi en russe, polonais, roumain, ouzbek, anglais, irlandais, danois, finlandais, esperanto etc, etc.

diumenge, 7 d’octubre de 2018

Tornado, tornada, tornade: un mot gascon en anglés, espanhòu e francés (messatge en version francesa).

De nos jours, le o fermé latin est prononcé ou (/u/) en gascon., même quand il se trouve en position tonique. On sait que ce n’était pas le cas autrefois entre autre grâce à la graphie des psaumes en rimes béarnaises de Salette, qui présente les trois degrés d'ouverture de o comme en catalan. Cette manière de prononcer le "o" fermé tonique /u/ est moderne. Mas quid du "o" prétonique ? A-t-il toujours été prononcé ou ? Cette question, je me la pose en comparant le mot du gascon occidental "tournade" avec l’espagnol "tornado" et l' anglais "tornathe" (au 17eme). La question se pose à nouveau quand on considère certains éléments de l’onomastique officielle de cette région du gascon occidental: on a, par exemple, l'onomastique Mora quand on s’attendrait à Moura (gascon morar = mourà, latin moll-aris : terrain inondé, marécage), mais aussi Torné (gascon tornèr) sans oublier le nom de la ville d' Orthez, Ortès en gascon est prononcé ortès et non *ourtès. Tout se passe comme si la phonétique avait été fossilisée dans ces noms, y compris pour le toponyme. Et cette manière de prononcer le o prétonique n’a pas complètement disparu partout. En particulier à Bayonne, le mot "la yumpòle" (la balançoire) s’accompagne du verbe "yumpolà" (prononcé ainsi selon le dictionnaire Foix. Le mot n'est pas dans Palay). Et ça ne gène pas du tout le poète bayonnais Justin Larrebat (1816-1868) d’écrire dans ses vers gascons "oradye" "bordat" et non "ouradye" , "bourdat". Gallicismes? Pour le choix de ces mots, sans doute, mais ça n'explique pas tout car, comme l'a bien noté H. Gavel,  Larrebat écrit aussi trobat et non pas troubat (en français: trouvé) et là, ce n'est plus du tout un gallicisme...C'est une manière de prononcer qui, visblement, ne doit rien au français. Et dans la chanson Aitona Ixidro Elusu en macaroni gascon de Pasaia (Guipuskoa, années 50), on a ce vers: " le niño ploraue (sic)" . Il est probable que "le tornada" (en graphie alibertine) ait été en fait bien prononcé "le tornade" autrefois, en gascon de Bayonne et de Saint-Sébastien (la forme au féminin de l'article défini en gascon de la côte basque et landaise est "le"). Cette manière de prononcer le "o" prétonique de "tornada" (en graphie alibertine) pourrait être soit un archaisme qu'on retrouverait fossilisé dans Ortès etc, soit une prononciation locale en accord avec le basque (tornu) et l'espagnol (torno).
Que le mot 'tornado' vienne de l’espagnol 'tronada' m'apparait  invraisemblable non seulement du point de vue de la phonétique (pourquoi un mot anglais terminant par o représenterait un mot espagnol se terminant par a???) mais aussi de la sémantique (les coups de tonnerre, la tronada, ce n’est pas du tout ce qui caractérise la tornade). L’origine du mot doit plutôt être  le mot gascon "tornada" (graphie alibertine, le mot est prononcé tournade en gascon contemporain, le e atone final sonnant entre 'e' et 'o' , œ). L’anglais a visiblement hésité entre les formes en -athe , tornathe e turnathe qu'on trouve au 17eme siècle, et les formes en -ado: tornado (17ème), var. ternado (16eme), c’est à dire entre une prononciation reflétant typiquement celle du gascon bayonnais et une autre plus espagnolisée. Le mot bayonnais (le) *tornade  (s.f.) a pu être adopté en espagnol sous la forme (el) tornado exactament comme (le) marrache (s.f.) (sorte de squale, en gascon de la côte, le mot vient du gallo (la) marache) est devenu, en espagnol, (el) marraxo (s.m.), puis marrajo (signifiant squale, requin). "Le tornade", forme bayonnaise de "la tornada" : en gascon, ce substantif signifie la volée (dans le sens de châtiment, correction), on comprend qu’il ait pu être utilisé pour désigner le phénomène météorologique même si cette signification spécialisée du dit phénomène qui est fréquent dans les mers du sud mais pas franchement aquitain, n'est pas dans Palay. Mais Palay n'a pas tout noté, en particulier en ce qui concerne le gascon maritime et le gascon sud-oriental. Par exemple, cachalùt et son dérivé cachalòt (mot de la côte basque) ne sont pas répertoriés dans Palay non plus, mais la dérivation affixée à partir de cachàu (caishau en alibertin) est très régulière et sémantiquement très claire pour la forme cachalùt qui est la plus ancienne. Hélas, il nous manque un corpus des termes maritimes de Bayonne et de Saint Sébastien (Donostia), n'oublions pas que la langue gasconne était également parlé sur la côte basque espagnole. D. Sumien a recommandé d’adopter "lo tornado" (s.m.) en occitan au lieu de "la tornada" qu’il juge d’origine française (la tornade), je pense qu'une fois de plus, il a tort.  C'est l'inverse, c'est le mot français qui vient du gascon. On ne voit pas pourquoi l'espagnol el tornado aurait donné la tornade en français. Il est plus probable que mot français vienne des bayonnais eux-mêmes qui  parlaient aussi français, en plus de gascon et en gascon le mot tornade ou tournade est bien féminin.  Il n’y a évidemment pas lieu d’incorporer la forme espagnole et anglaise d’un mot gascon.

divendres, 5 d’octubre de 2018

Cohet, coet: mot gascon, mot catalan



Messatge publicat uei en francés a la mia paja facebook:

"Le mot "cohet" qui est un nom du diable en gascon pourrait résulter de l'adaptation du mot de l'ancien français coué ou coé (latin caudatum) qui désignait tout personnage que l'on supposait pourvu d'un appendice caudal, en particulier les satyres, le diable et même... les "ennemis anglais" (cf. dictionnaire Godefroy de l'ancien français). Le h dans le mot gascon serait un artifice phonique destiné à garder bien distintes les deux syllabes du mot (comme dans 'la-hens' forme alternative de laguens ; 'sahuc' pour 'saüc' ou 'gahús' pour 'gaús'). Le mot gascon "cohet" pourrait être à l'origine du mot catalan "coet" (anciennement "cohet"), lui-même à l'origine du mot espagnol "cohete", utilisés d'abord pour désigner le feu d'artifice (plus tard, au 20ème siecle, le mot servira aussi à désigner la fusée). L'assocation pourrait venir de la tradition catalane des danses de diables, d'origine religieuse, où des personnages déguisés en diable dansaient en faisant péter des feux d'artifice évocant l'enfer. Cette tradition, devenue laïque et festive, perdure encore aujourd'hui dans les pays de culture catalane. En catalan, le mot "cohet" remonte au 15eme siècle, en même temps que l'introduction de la pyrotechnie dans les danses de diables. Je suppose qu'à cette époque, ces personnages démoniaques devaient être joués par des Gascons, le métier de saltimbanque n'en étant pas un pour les Catalans de l'époque.

En langue gasconne, une adaptation phonétique analogue à "cohet" pourrait concerner le mot qui désigne le pied de la cornemuse des landes: "pihet" (adaptation probable du mot français pied).

Qu'ei hòrt complicat de har acceptar per un Catalan qu'un mot de la soa lenga posca aver ua origina gascona. Quitament Coromines, ignorant l'istòria gascona deus catalans, n'avè pas hèita la relacion enter cohet e cohet!  Totun lo diccionari Alcover-Moll qu'ei conhit de mots gascons (cf. frai etc), eretage de la diaspora gascona tostemps plan presenta en Catalonha despuish l'atge miejan. 

dimarts, 25 de setembre de 2018

Mot catalan, mot gascon: carrau

Carrau (s.m.). Gasc. 'carrèc', cf. 'carrau'. Lo catalan qu'a mei d'un mot tà díser "carrascla" com, per exemple, "xerrac", "xerric-xerrac", "matraca", "maçoles", "tenebra" e "carrau". Aqueste darrèr mot qu'ei tanben gascon. Que deriva de "carro" de manèira regulara et que significa "qui ei deu carro, tanhent au carro, carretèr". Que serviva d'autescòps en particular entà designar ua sòrta de camin carretèr, un camin encanalat concebut entà que lo paisan i posca har passar e miar lo son carro: lo o la carrau, camin carrau, via carrau. Lo mot carrau qu'a variantas qui's difereishen enter si per la fòrma de l'afixe , carriu (m), carriva (f) shens oblidar la fòrma ibrida: carriau. Lacarrau qu'ei un toponime e un nom gascons. De camin encanalat lo mot carrau que's gahè locaument la significacion de petita galihòrça (Palay) o que pòt designar lo penent d'ua duna (Foix).

En catalan, lo mot carrau que i significa "carrascla", tanben aperat "carrèc" en gascon.  Aqueste darrèr mot  qu'a l'ahur d'un derivat afixat de carro,  aqueste còp dab un afixe  despreciatiu  qui ahorteish la valor onomatopeica deu mot, allusion possibla au brut carrinquejaire provocat peus hregadís deu carro en movement. Carrèc que pòt autanplan designar ua graulha o un sapo (harri). La question de la relacion etimologica possibla enter carrèc e harri qu'estó evocada. En ua ipotèsi, qu'ei lo batracian qui balha lo son nom tà l'instrument. Aquesta ipotèsi non m'agrada guaire, pr'amor que complica la relacion dab lo 'carrau' catalan e pr'amor n'i a pas nat element qui permet d'afirmar la h de harri que represente ua k anciana. La relacion etimologica enter lo mot gascon harri e lo son omonime basco (pèira) qu'estó denegada per  G. Rohlfs dab arguments  deus bons (cf. Le gascon...). O sia que lo mot carrèc ne seré pas briga ligat filogeneticament au mot harri senon que remontaré tà un autre mot e, de segur, lo mot "carro" qu'ei un bon candidat com a hont entau aqueste mot. Dongas que seré meilèu la valor onomatopeica deu substantiu qui indusí la designacion de la graulha com a carrèc, allusion de segur a l'escarracat desagradable mandat peu batracian (crit aperat en gascon ranèc o carrac) . La preséncia deu mot carrèc en gascon com a sinonime de carrau en catalan que mia tà supausar lo mot catalan carrau n'ei pas un simple omonime deu mot gascon, que s'agiré en realitat deu medish mot, un prèst gascon.  En espanhòu, los mots entà designar l'instrument de musica: carraco e carraca. que son, a l'évidéncia, aparentats au mot gascon 'carrèc', var. 'carrac'. Que i arretrobam lo medish etimon carro dab l'afixe despreciatiu -aco / -aca qui correspon exactament au nòste sufixe gascon -èc (varianta -ac). Los quitis mots gascons 'carrascla', 'carrasclar' que derivan de carraca, carracar per influx d'arrasclar.  Lo  vèrbe gascon "carrasclar" qu'a locaument la significacion de "râper", d'"égratigner", d'"écorcher" (interpretat com a carn-rasclar, cf. Palay) a mei deu de tocar la carrascla . Per contra, los vèrbes gascons carracar, escarracar que vòlen díser mandar un crit desagradiu com ac sap har un ausèth cridaire deu tipe agaça o ua graulha, o sia mandar un "carrac". EDIT (1/10/2018). Un doble-sens similar que s'arretròba dab lo mot catalan 'xerrac' qui ei sinonime de carrau (gasc. carrèc, carrascla) e qui designa autanplan ua traca d'arresèga dab lama rigida (fr. scie à lame rigide). Atau lo mot 'xerrac' qu'ei arreligat inconscientament au còp a l'arresegar (cat. serrar)  e au charrar (cat. xerrar). La valor onomatopeica  deu mot qu'ei ahortida dab la varianta xerric-xerrac qui designa especificament l'instrument de musica en catalan. De manèira hòrt semblanta, Renaud Lassalle que collectè un aute mot, gascon aqueste,  sinonime de carrascla: hriga- hraga. Que deriva a l'evidéncia deu vèrbe hragar, varianta de hregar, sinonime d'arrasclar (ved. los comentaris de "moi').

dimecres, 19 de setembre de 2018

Dusau amassada gascona

Dissabte passat que's tiengó la dusau amassada gascona. N'èri pas podut anar tà la prumèra, ne'm volèvi pas pèrder la dusau. Qu'arribèi un chic dorèc a la Saligueta, la sala de hèsta de la Bastida en Biarn. L'amic Renaud Lassalle que vienó a saludà'm mentre qu'èri a ensajar de botar un chic d'òrdi a la veitura. Puish qu'encontrèi Lilian Riquet, un deus tres fondators d'Esperit gascon,  acompanhat de duas hemnas, las duas de Samatan com lo Lilian. Que demorèi dehòra a prosejar dab los tres mentre qu' èran a esperar la camioneta de la mairia de Samatan qui devè portar un grop d'auts Samatanés tà l'amassada.
Lo contact dab lo monde de l'amassada qu'estó simpatic e calorós. Aus murs e suus mòbles de la sala que i èran hicadas ua colleccion impressionanta de banèras gasconas de tot tipe e de tota color, l'esquarterat en abonde, de segur, un exemplar de la Dauna, ua dab la crotz de Sent Andriu e d'autas mensh conegudas. Que s'i trobavan tanben pòsters e bandaròlas dab tèxtes escriuts en gascon en hent servir totas las grafias, las deu felibrige e l'alibertina. Que'm hasó gai de véder la tolerància qu'avè guanhat per fin.

 Lo monde que parlavan quasi tots en gascon, la lenga que i tindava pertot, que podoi prosejar en gascon a sadorada. L'aplec que començè dab un devís deu maire de La Bastida.  Mossu'u maire n'èra pas gasconofòne, malaja. Que se n'excusè. Qu'èra urós de ns'arcuélher a La Bastida e de'nse har visitar lo son beròi vilatge. Que'nse raperè la nocion d'identitat multipla,  biarnesa, gascona, occitana (segon eth), francesa, europèa.

Puish Pèir Torné e Eric Boy que comencèn la prumèra presentacion consacrada a "Esperit Gascon".  Esperit Gascon qu'ei ua paja facebook, creada per Lilian Riquet e los quitis autes dus, dedicada au fèit gascon. Qu'encontrè un succès rapide, dab 1500 adherents au cap de solament dotze mes d'existéncia, pròva de la hrèita de la camada e de l'interès de la paja.

L'istorian Guilhèm Pepin, de l'Universitat de Bordèu, qui devè parlar juste après, que s'èra desencusat. N'èra pas podut viéner per rasons de santat, ailàs. Totun qu'enviè lo tèxte de l'intervencion prevista. Aquest tèxte, hòrt interessant, qu'amuisha Biarn qu'éra plan considerat istoricament com a país gascon. Qu'ei consultable a la pagina facebook d'Esprit Gascon.

 Lo Renaud que hasó ua conferéncia suu gascon d'Arnaudin. Que'ns raperè lo gascon negue qu'agropava en realitat mantuns parlars distints e quitament parlars de transicion de cap aus parlars clars (semi-negue). Que raperè l'origina despreciativa de l'apellacion 'parlar negue' respècte a 'parlar clar' . Que mencionè tanben lo quite Arnaudin que despreciava hòrt quauques parlars vesins deu son, en particular lo gascon negue deu Marensin qu'èra explicitament qualificat per l'etnològue landés com "meishant", "lèd" tot lo contrari deu gascon de la Lana Gran. Arnaudin que sabèva hòrt plan las nuanças locaus de la lenga. Çò de hòrt apreciader en la camada de Renaud qu'ei lo fèit que s'apea totstemps sus las mapas de l'ALG, amuisant atau mei d'ua particularitat deu parlar d'Arnaudin respècte a la lenga biarnesa ne'n son en realitat pas briga, estant hort espandidas per tot lo domeni gascon, quan n'i son pas francament majoritàrias. Autament dit, qu'ei sovent la codificacion biarnesa qu'ei particulara respècte a l'ensemble deus parlars gascons, que non lo gascon d'Arnaudin. Lo devís deu Renaud qu'ei tostemps hòrt plan documentat e plan assegurat, qu'ei un plaser escotà'u, ns'i aprenem tostemps hèra de causas.

A la seguida Tederic Cahuzac que pausè la question de la senhèra pan-gascona. Ja sabetz mantuns patrons de banèra destinada a representar l'ensemble deus país gascons que son estats prepausats, a començar per l'enquarterat.  Que s'ageish d'un blason, dont l'origina ei au còp recenta, escura e shens supòrt istoric, qui ei estat reciclat en drapèu. Que cau plan arreconéisher l'enquarterat qu'ei a hà's mei anar mei espandit per tot lo territori, lhevats Biarn, de segur. Totun, que caleré un drapèu "neutre" qu'estosse acceptable per tots los país gascons, pertot. Tederic que hasó ua revista pro exaustiva de totas las proposicions qu'encontram dejà. Eth que prepausa lo dab la crotz de Sent Andriu roja suu hons blanc. A jo que m'agrada. Lo de la Dauna, de las medishas colors, que m'agrada tanben. Enfin, çò de mei important, per jo, ne son pas lo dessenh o las colors deu drapèu, qu'ei de trobar la bona façon de ne causir un de manèira que sia adoptable per tots los pais gascons, a costat (e non en plaça) deu drapèu especific de cadun. Se consideram l'enquarterat com a bon candidat, que calerà discutir dab los conselhs regionaus e lhèu cada comuna tà que posca ondejar pertot au territòri. N'ei pas guanhat, aquò. Qu'ei precisament l'enjòc deu debat. Qu'ei ua causa importanta pr'amor la gasconitat, en las duas regions administrativas concernidas, qu'ei  pòc sabuda e pòc vededera. Se los gascons volem contunhar d'existir com a taus que'nse cau amuishar-nse, e aquò passa per l'adopcion d'un drapèu representatiu.

Puish qu'estó la pausa deu dinnar, en ua sala de tela on i penjava ua bèra banèra occitana.

Vincent Poudampa, president de l'assoc. Gascogne et Prospective,  que comencè la session de l'après-dinnar en devisant suu problèma de l'organizacion territoriau a la lutz de l'Istòria e de l'Identitat gascona. Aqueste devís, hort interessant, que'u podetz escotar sus Ràdio-Pais. L'associacion qu'ei  a preparar ua mapa deus Pais Gascons. Jo que pensi  que seré interessant e necessari d'i ahíger ua reflexion lingüistica: quin metòde e caleré hargar tà ensenhar ua varietat de gascon que sia representativa de la lenga d'un país gascon, acceptable a l'escala deu dit país. Çò que vòlen recuperar los joens qu'ei la lenga de la comunautat, la lenga confiscada o sia lo patuès deus aujòus e non pas un estandard made in Bearn. Metòdes practics d'auto-aprenentatge dab exercicis elaborats e supòrt audio o video corrècte que hèn hrèita. Qu'avem internet, hèra de gramaticas de gascon locau que començan a espelir suu web o a las librerias, totun que caleré hargar los metòdes corresponents, dab exercicis adaptats, en virant, per exemple, un metòde com lo "Digui-digui" catalan en gascon locau.   L'internet qu'ei un supòrt adaptat per un metòde atau, ce'm sembla. Enfin, qu'ei ua auta question, que i tornaram un aute còp.

Fabrici Bernissan que devisè suu problèma de la mort anonciada deu gascon, un devís au còp realista e un chic desesperat. Alavetz jo que vau estar mei optimista en basant-me sus l'Istòria deu gascon. Segur lo gascon qu'ei a agonizar despuish un centenat d'ans. Totun que cau raperar lo gascon qu'avèva remplaçat lo latin com a  lenga mairana dejà au sègle sèt. Aquò empachè pas que lo latin, non transmetut mès aprengut com a dusau lenga, que contunhè d'estar emplegat en Gasconha dinc au sègle dotze enlà, çò qui hè ua durada d'agonia de mei de seish cents ans. Dongas qu'avem enqüèra cinc cents ans tà aucupar-nos deu gascon, se agim com cau. Qu'avem lo dret d'estar pessimista, totun n'avem pas lo dret d'abandonar. Tornar la motivacion aus joens que cau, aquò que passa per l'istòria e l'estudi deu fèit gascon, e que cau tribalhar en hargar tots los utís qui hèn hrèita tà que posquin apréner la lenga a casa o en la veitura shens l'ajuda de nat professor. Qu'ei totafèit possible, jo que'n soi un exemple, qu'èi aprengut lo gascon solet. Recuperar lo ligam dab los autors de lenga gascona en apréner la lenga qu'ei ua necessitat tà non pas pèrder l'identitat culturau.  Parlar gascon que cau tà har víver la lenga. Que cau organizar grops de discussion tà recuperar lo parlar e non pas sonque l'escríver. per l'internet o en la vita reau.

Gilabèrt Nariòo que concentrè lo son devís sus la sòrta qu'avem de saber parlar gascon. Ailàs, ne podoi pas demorar dinc a la fin de la conferéncia, qu'avèvam dejà mei d'ua òra de retard sus l'òra prevista de la fin de las conferèncias, qu'avèvi constrentas d'orari, que'm calèva anar-me'n. Ne sèi pas solament si Alexis Arette e podó parlar, qu'èri dejà partit, que'm sap grèu.

En tot cas, qu'èra ua amassada hòrt interessanta, no'm perderé pas la qui seguirà. Lo còp qui vien, la sesilha que's tenerà au printemps, au Mont se los organizadors s'i escaden.

P.S. que trobaratz mei de fòtos a la paja fb d'esprit gascon e a la mea tanben.