diumenge, 7 d’octubre de 2018

Tornado, tornada: un mot gascon en anglés e en espanhòu (messatge en version bilingüe).

Messatge tirat de la mia paja facebook, dedicat a Pèir Torné, co-fondator de la paja "Esprit Gascon - Esperit Gascoun. 


"On me suggère que le mot anglais 'tornathe' (forme attestée au 17eme siecle, aujourd'hui tornado, tornade en français) ne doit pas venir du gascon "tornada" (graphie alibertine, tournade en graphie EGF ) parce qu'en gascon on prononce précisemment ce mot tournade et non tornade. Il y a au moins un Gascon qui trouvera cette remarque peu avisée, c'est Pierre Torné, à qui je dédie ce message 
Il est généralement admis que le mot anglais 'tornado' dérive du mot espagnol 'tronada'. Ce mot tornado apparait en anglais pour la première fois au 16ème siècle sous la forme "ternado", on le retrouve au dix-septième sous les formes tornathe, turnathe, tornado. .Je crois qu'il s'agit bien de notre mot gascon 'tournade' et non d'un mot espagnol. Déjà, le mot espagnol "tronada" est sémantiquement associé au coup de tonnerre, à l'orage, or ceux-ci n'accompagnent jamais la tornade. En revanche, le mot gascon "tournade" est sémantiquement associé à la volée brutale, ce qui va très bien avec la tornade. La valeur sémantique du mot "tornado" est donc bien d'avantage en accord avec celle du mot gascon. D'autre part, que je sache, les anglophones n'ont jamais eu de problème pour distinguer phonétiquement le 'o' de San Diego ou de San Francisco du 'a' final de Montana ou de Nevada. L'hésitation e/o final dans tornathe, turnathe vs ternado, tornado ne s'explique pas vraiment par la phonétique du mot espagnol tronada, en revanche, elle est prédictible par la phonétique du mot du gascon negue "tornada" (le "tournade"), la voyelle finale y étant prononcée entre le e et le o . Quant a la phonétique de la première syllabe du mot tornado, turnathe, ternado, elle semble avoir été influencée par la prononciation du mot anglais turn, et sans doute avant, par son correspondant basque tornu (espagnol torno), equivalent du mot gascon torn (prononcé tour). Il me semble très probable que le mot gascon "negue" le tornada (le tournade) ait été adopté en espagnol sous la forme le tornado suivant un schéma déjà montré pour  (le) marrache (s.f.) -> (el) marraxo (s.m., 16eme siècle), puis (el) marrajo (à partir du 17ème). 

Encore faut-il bien vouloir se rappeler que le gascon, ça existe et que c'est une langue de nature semblable aux autres et qu'elle a été une langue d'Espagne du Moyen-Âge jusqu'à la première guerre mondiale. Il faut rappeler que l'activité de flibustier a été une tradition bayonnaise, tout autant que la pêche à la baleine. C'était le cauchemard des galions espagnols. On garde en mémoire cette flotte de corsaires gascons, comprenant 600 hommes, qui a quitté Bayonne pour écumer les mers du sud et qui se sont rendus célèbres par le pillage de Santiago de Cuba en 1549. La première occurence de notre prêt gascon en anglais date de la même époque (1550). "

Adara aquiu qu'avetz la version en gascon:

Qu'ei generaument admetut lo mot anglés "tornado" que vien de l'espanhòu "tronada". Jo  que'n prepausi un ipotèsi alternativa, gasconista, hòrt mei simpla. Lo mot anglés "tornado" qu'ei en realitat gascon. Que s'ageish de tornada (tournade). Aqueste mot tornado qu'apareish en anglés au sègle 16 devath la fòrma "ternado". Que l'arretrobam au sègle 17 devath las fòrmas tornathe, turnathe e tornado. Las rasons qui'm hèn pensar lo mot qu'ei gascon e non pas espanhòu que son doblas. Prumèr, lo mot espanhòu tronada que significa periclada mentre nat pericle o tron n'acompanha la tornada. En gascon, tornada que i significa volada, castig, çò qui va plan dab lo fenomèn meteorologic en question. Dusau, lo balanç enter la e e la o finau qu'observam dab lo mot anglés  (tornathe, turnathe vs ternado, tornado) non s'explica pas plan dab la fonetica deu mot espanhòu "tronada". En cambi, aqueste balanç qu'ei predictible dab la fonetica deu mot en gascon negue: le tornada (le tournade), la vocau finau estant prononciada enter a e o (œ). Quant a la fonetica de la purmèra sillaba deu mot anglés, que sembla estar estada influenciada per la prononciacion deu mot anglés "turn" e,  abans, per la deu mot basco tornu, en  esp. torno (gascon: torn). Que'm sembla hòrt probable lo mot baionés e donostiarrak le tournade qu'estosse adoptat com a el tornado en espanhòu, the tornado en anglés, segon un esquema dejà descriu dab (gasc. negue) le marrache -> (esp.) el marraxo, marrajo.

Que lo gascon n'ei pas estat jamèi evocat entà explicar lo mot anglés n'ei, ailàs, pas quauquarren de susprenent. La lenga gascona qu'ei largament ignorada. L'activitat de corsari, de flibustèr qu'èra ua tradicion baionesa, autant com l'activitat balenèra. Qu'èra lo somespant deus galions espanhòus.  Que'nse brembam deus 600 corsaris gascons partits de Baiona entà netejar las mars deu sud, qui arlandejèn la vila de Santiago de Cuba en 1549. La purmèra occurréncia deu nòste prèst gascon que data de la medisha epòca (1550).