divendres, 8 de juliol de 2011

Que's cau mauhidar deus lingüistas

Que's cau mauhidar deus lingüistas. Non cau jamès oblidar que son los lingüistas qui an inventat lo concèpte de patois e de "mensh-qu'ua-lengua".


Le gascon n'est pas une langue, c'est un patois, ce'm disèva lo pair qui credèva aus lingüistas.

Los lingüistas qu'an trigat mantuns sègles tà compréner que lo normand ei la lengua pròpia deus normands e lo picard la lengua pròpia deus picards. Qu'afirmavan lo francés qu'èra l'encarnacion sus tèrra de "la lengua d'òil", ua sòrta de lengua celestau qui degun avè pas jamès audit e qui Diu, dens sa gran bondat,  avè transformat en francés tà'n hèr present au son arrepresentant escuelhut: l'arrei de França.

E los lingüistas que decidin que totas las autas lenguas deu reiaume èran dialèctes deu francés o en tot cas patois e pas arren de lengua, puishqu'atau èra la volontat de Diu.

E se'n tròban enqüèra, uei lo dia au sègle 21,  tà pensar que los gascons n'an pas de lengua pròpia, que lo gascon n'ei pas ua lengua.

Lingüistas e caçaires de cigonhas qu'an hèra en comun, jo que tròbi.  De botar dens ua medisha tireta, un medish calaish.

1 comentari:

jp la rapieta ha dit...

Son beleu pas tant los linguisticaires que los de l'estaracademia françoisa :
« Au Moyen Âge, la langue française est faite d’une multitude de dialectes qui varient considérablement d’une région à une autre. On distingue principalement les parlers d’oïl (au Nord) et les parlers d’oc (au Sud). Avec l’établissement et l’affermissement de la monarchie capétienne, c’est la langue d’oïl qui s’impose progressivement.

Mais on peut dire que la France est, comme tous les autres pays d’Europe à cette époque, un pays bilingue : d’une part, la grande masse de la population parle la langue vulgaire (ou vernaculaire), qui est aussi celle des chefs-d’œuvre de la littérature ancienne (la Chanson de Roland, le Roman de la rose...) ; d’autre part, le latin est la langue de l’Église, des clercs, des savants, de l’enseignement, et c’est aussi l’idiome commun qui permet la communication entre des peuples aux dialectes plus ou moins bien individualisés. »