dimecres, 6 d’abril de 2011

La f aspirada desconeguda en gascon pròpi deus bascos

Qu'ei comun de díser la f aspirada gascona qu'ei d'origina basca. Totun, en gascon pròpi de Baiona e de Sent Sebastian la f n'èra pas aspirada. N'i a pas nada traça de f aspirada dens los tèxts gascons de Baiona e de Sent Sebastian (Donosti). Segon lo phrase-book espanhòu-gascon (Serapio Múgica, 1923), tà diser hè't, los bascos gasconofòns de Passatge au ras de Sent Sebastian que disèvan fe-te. En gascon de Baiona, la f iniciau qu'acabè substituïda per ua b o ua p: pòrt (per hòrt, cat. força, fort), buelhes o buelhas (per huelhas, cat. fulls), cf. los enregistraments deu hilh prodigui. Aquiu, que s'ageish plan d'ua mutacion de f tipica deu basco, mès que s'explica en partir d'ua f prononciada "normaument" (bohada), que non aspirada.
D'aulhors, en nada modalitat romanica deu grop navarro-aragonés, ni quitament la pròpia de Euskal-Herria (ara extinta) , n'i trobam traça de f aspirada o muda. La f que i ei (o èra) prononciada bohada, contràriament a la f castelhana (h muda) e a la f cantabra (h-kh aspirada, notada j o jh).
Non sabem pas d'on ni quan e comencè la mòda d'aspirar la f en lengua gascona. En tot cas, aquesta mòda non vien pas deu bascoat, on lo gascon i èra parlat despuish aumens lo sègle X a Baiona e probable lo sègle XII a Sent Sebastian. En tèxts administrativo-juridics donostiarrak deu sègle XIV, tots redigits en gascon, que i trobam lo vèrb far (escriut atau) emplegat en concurréncia dab lo castelhanisme açer (escriut atau, sens h iniciau). La h i ei unicament present com a traça etimologica dens mots com "homens". Las indicacions de Múgica que ns'aprenen qu'au sègle 20 la f de far qu'èra enqüèra e tostemp prononciada /f/ en gascon maritim guipuscoan. La mòda d'aspirar la f, vienguda deu nòrd, n'agó pas l'escadença (ni lo temps) d'arténher Sent Sebastian.

4 comentaris:

Anònim ha dit...

Il est évident qu'il ne faut pas se baser sur les textes administratifs pour se faire une idée de la prononciation à une époque donnée, étant donné que jusqu'à très tardivement, les scribes ont noté "f" ce qui était "h" (qui apparait ponctuellement dès le XIème siècle), car parfaitement conscients qu'il s'agissait de l'étymon (parfois "ff" à l'intervocalique pour noter probablement l'aspiration).

Quant au h aspiré, il est standard dans les dialectes basques d'Iparralde, du moins comme phonème, car en effet, le traitement de f est divers en basque (p, b, h), ce que l'on constate dès les inscriptions aquitaines du Comminges (Converani écrit "Gomferani" : on constate dès l'origine la répugnance pour les labio-dentales fricatives, à savoir v et f).

Aujourd'hui encore, l'accent basque en français se caractérise par des h aspirés, qui confinent même à l'obsession en labourdin.

Salvador ha dit...

Recordo un llibre de Pio Baroja sobre mariners bascos que de França en deien Prancia.

Joan deu Peiroton ha dit...

Anonim: le "phrase-book" de Múgica (historien de Saint sébastien) est une enquète réalisée sur le terrain en 1923 auprès des familles de gasconophones basques de Pasaia. C'est Múgica lui-même qui a pu entendre que le f initial était conservé en gascon du Guipuscoa. Il n'y a donc aucune raison de suspecter que le f se prononçait différemment en gascon guipuscoan et bayonnais du moyen-age. Le passage de f à h n'a pas eu lieu en pays basque. Quant au h aspiré du basque, rien n'indique qu'il ait un rapport quelconque avec f. Que je sache, il n'y a pas d'exemple de mot basque où un f latin ait donné h.


Salvador: si,precisament això, és una característica ben basca que es retroba en el gascó parlat a Baiona.

Joan deu Peiroton ha dit...

Anonim: Il convient de remarquer qu'à Urt ( Labourd gasconophone) feuille se dit fuelha e non huelha si ma mémoire est bonne (cf. les enregistrements de l'enfant prodigue). A Urt, on est à la limite de h/f : fuelha mais hòrt. A Bayonne (ou Anglet, plutôt) on est dans f: pòrt, buelha. Le passage de f à h ne s'est pas fait.